les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

De La privatisation

Classé dans : Non classé — 01/29/2010 @ 11:34

 

Le Parisien révèle au grand public que des experts en nombre substantiels étaient payés par des laboratoires privés tout en étant conseillers des instances médicalo-gouvernementales ou de l’OMS qui ont organisé la panique de la grippe H1N1, ex-porcine ou mexicaine. En France, cela a l’air particulièrement net (94 millions de doses, masques, Tamiflu, etc., soit environ 2milliards et demi d’euros pour contrer l’épidémie transformée en psychose). Au passage, la campagne de vaccination était organisée suivant un modèle soviétique, excluant les médecins généralistes par crainte de payer 22 euros de consultation par vaccination (on aurait pu négocier un forfait…). Résultat, la vaccination, qui plus est avec réquisition d’internes (et d’infirmières  ou de médecins) bien plus utiles dans les hôpitaux, a coûté dans les 40 euros par tête de pipe sans compter le prix du vaccin. Rien de bien étonnant quand on considère que le gouvernement Tsarkowitch est tout entier acquis au libéralisme et que Mme Rosy Cachalot (car c’est assez) est une potarde et  a travaillé pour un laboratoire privé. Surprenant cependant quand on sait que la corporation médicale siège en masse au parlement ! Simple épiphénomène car la situation est bien plus grave et tellement plus générale.

Les citoyens qui suivent un peu ces affaires savent que les organismes ou agences de contrôle public (Afsaps, Afset, Afsa, etc.) sont truffées d’experts stipendiés par des lobbys et des firmes plus ou moins multinationales dans différents domaines : télécom ou électricité (nuisances des antennes et des portables, des lignes à haute tension, des éoliennes, etc. ), agro-alimentaire (OGM, nanotechnologies, sucre, sel, obésité, édulcorants, etc.), tribunaux de sécurité sociale (accidents du travail, amiante), organismes de définition des maladies professionnelles (pesticides, fongicides, glycols, etc.), agences de l’eau et de l’environnement (nitrates, nitrites, phosphates, etc.), certification des médicaments, etc. Par ailleurs, les « agences  ou commissions de régulation » (énergie, télécom, etc.) sont remplies de personnalités nommées par le pouvoir ou de représentants des firmes ou de lobbys concernés, ce qui procure auxdites agences une apparence d’indépendance vis-à-vis des pouvoirs dominants alors que visiblement c’est parfaitement faux. On y défend des intérêts prosaïques à commencer par ceux de l’Etat comme non pas défenseur de l’intérêt général mais de celui des entreprises. Je vais donner un exemple superbe de ce qu’il faut en penser.

Une petite boîte, Voltalis, a pondu un boîtier qui permet aux consommateurs d’électricité de s’effacer aux heures de pointe quand l’électricité est la plus coûteuse à produire. Eh bien EDF l’a attaquée sous prétexte que cela lui faisait perdre de la consommation (alors que c’était une filiale d’EDF, le RTE, qui lui avait demandé de pondre ce dispositif !) et la Commission de régulation de l’Energie (truffée de représentants d’EDF et de l’Etat, dont l’ancien secrétaire général du syndicat CFDT, M. Léchevin, le bien-nommé, promu là sans doute pour services rendus en tant que lèche-cul de la direction d’EDF/GDF quand il était encore syndicaliste) a approuvé cette plainte. C’est tout simplement honteux et scandaleux. En effet, ce procédé permet d’économiser de l’énergie alors que le « Grenelle de l’environnement » y incite. Ensuite, il permet de réduire la mise en service des centrales les plus polluantes et les plus chères quand il faut faire face aux pointes de consommation (rappelons que l’électricité de masse ne se stocke pas). Enfin, il permet de diminuer l’appel aux apports teutons, très chers et très peu écologiques (centrales au lignite), en cas d’insuffisance de la production nationale. Autre exemple, l’AFSET, dûment stipendiée, a conclu à l’absence de conséquences sur les populations des ondes électromagnétiques des antennes de téléphonie mobile pour les portables. EDF va se voir imposer par l’UE et le gouvernement français compradore de vendre à ses concurrents ( !) une grosse part de ses kWh nucléaires et, qui plus est, sans doute à prix coûtant (concurrents qui n’ont évidemment rien investi ou payé puisque ce sont les usagers de l’électricité qui ont tout réglé).  Ces concurrents privés vont donc piquer dans la rente nucléaire, ce qui dégradera les comptes d’EDF, qui, pour se rattraper augmentera les tarifs. Ce sont donc les clients en collectif d’EDF qui vont payer le cadeau au privé ! Comme le courant d’origine photovoltaïque (ou des éoliennes privées qui sont en plus une catastrophe écologique) fait  l’objet d’un rachat obligatoire pas EDF au tarif de 60 centimes le kWh, soit 10 fois plus que le coût de revient d’EDF, les petits malins privés (supermarchés, usines, entrepôts, etc. ayant de grandes surfaces de toit) se sont équipés et donc engrangent une super rente au détriment des usagers qui payent ces largesses avec une taxe de « contribution au service public de l’électricité ». Lesdits usagers sont donc spoliés. Rappelons que, en outre, les différentes taxes qui pèsent sur l’électricité (bien indispensable aujourd’hui) en Ile de France alourdissent de 38 % la facture. Toujours la même logique : socialisation des pertes, pressurage des usagers et privatisation des profits. Toujours mieux ; l’UE impose à la France de mettre fin (ou de compenser) aux « tarifs réglementés » de l’électricité (ou du gaz). Savez-vous pourquoi ? Parce qu’ils sont inférieurs de 30 % à ceux des producteurs privés (au lignite, les fameuse éoliennes n’y représentant que 5 % de la production) en Germanie. L’Ue impose la concurrence pour favoriser le privé et augmenter les prix !

L’emprise de plus en plus en grande d’experts privés dans les organes de décision sur l’intérêt public découle naturellement des politiques libérales des gouvernements qui ont réduit les moyens et les financements des organismes publics « budgétivores » (spécieux, car en fait l’appel au privé coûte bien plus cher, avec résultats comparables à ceux du service public,  comme le montre le recours  par le pôle emploi  à des entreprises privées 2 fois plus coûteuses pour placer les chômeurs, dont Altedia, boîte privée créée par le conseiller social du prince, à savoir Raymond Soubie). En fait, ces « partenariats public/ privé » sont des pompes à fric pour le privé. Par ailleurs, les sphères politiques sont de plus en plus envahies par des avocats « d’affaires » très privées (le contrat remplaçant la loi) comme Sarko, Lagarde, Copé, Borloo, etc. En outre, on observe que ce sont les patrons du privé qui se mettent à prendre la direction des entreprises publiques (à GDF-Suez, à EDF). Tout cela va donc dans le même sens : la suprématie de la logique et des intérêts privés en lieu et place du bien public.

Ce qu’il faut bien voir aussi c’est que les salaires, les statuts, les conditions de travail  et de promotion dans les organismes publics de recherche et d’expertise ont été rendus tellement précaires et minables que peu de jeunes vont chez eux. Naturellement, ils préfèrent les organes privés ou aller aux USA. Par ailleurs, les vocations scientifiques ne cessent de diminuer tout simplement parce que ce qui a été encouragé par le pouvoir néolibéral ce sont les débouchés et les carrières dans le commercial et la finance où les salariés gagnent infiniment plus que dans la production. Exit ce qui a fait la force de la France pendant les 30 glorieuses, à savoir ses ingénieurs. Un chercheur du CNRS peut s’estimer heureux avec 3 000 euros par mois ; je vous laisse comparer avec la rémunération d’Improglio à  EDF ou du trader à la Société Générale ; dès lors les autorités, qui ont organisé la chose, n’ont plus le choix : elles doivent en appeler aux experts payés par le privé puisqu’il n’y en plus dans le secteur public, ce qui a été organisé par le pouvoir précisément dans ce but. Il est ainsi facile aux gouvernements de dire que leur décision est forcée bien qu’ils soient les vrais responsables de la situation de privatisation de la recherche et de l’expertise.

Ce qui est privatisé, ce ne sont pas seulement  les activités (écoles, cliniques, médias, services en tout genre, prisons, expertise, etc.). C’est la philosophie même de la gestion des affaires publiques (avocats d’affaires, patrons du privé, etc. dans la « chose publique », Res publica). Les politicards néolibéraux, quelle que soit leur obédience, ne jurent plus que par le modèle de la « gouvernance » privée, que par la rentabilité, que par l’approche quantitative et valorisée. C’est le sens des objectifs quantifiés (notamment en matière de police) assignés aux ministres ; c’est le sens de la révision générale des politiques publiques (RGPP). Depuis belle lurette, EDF fonctionne non pas sur la logique du service public d’intérêt général mais sur celle de la rentabilité et des parts de marché du secteur privé. Ce qui finit par être totalement privatisé, ce sont les esprits eux-mêmes qui finissent par ne pas voir qu’il y a une autre logique possible que celle du fric, de l’individualisme, de l’égoïsme, de la concurrence féroce, de la sélection des meilleurs dans le struggle for life.

Pourquoi ce mouvement irrésistible vers la privatisation de tout a-t-il ce succès et s’est-il produit ?  C’est parce que d’énormes quantités de capitaux sont à la recherche de placements les plus rentables possibles à l’échelle mondiale. 2 000 milliards de dollars circulent chaque jour dans tous les sens, ce qui est très supérieur au volume des marchandises vendues au plan mondial. Ces sommes astronomiques proviennent de plusieurs sources : les accumulations de fric par les Etats pétroliers, les excédents monstrueux de certaines balances commerciales (Chine ou autres) ; les masses d’oseille spéculatives et fondées sur le gonflement exponentiel du crédit par les banques, les super profits des multinationales qui sont très loin de répercuter dans leurs prix les effets, l’épargne  placée dans les fonds de pension par capitalisation ou les assurances-vie du privé ou « les plans d’épargne d’entreprise », les gains spéculatifs sur les matières 1ères ou agricoles, les rémunérations démentielles des patrons, les profits des prospères boîtes d’armement, etc. Tout ce pognon cherche à se placer au mieux ; or les besoins exprimés dans la demande solvable stagnent à cause du chômage et des salaires de misère (PVD) ou en baisse dans les pays développés ; d’où l’excédent des capacités de production et le non-investissement productif. Le capital recherche donc de nouveaux lieux d’investissement. Quoi de mieux que de privatiser à peu de frais de ce qui a été payé par la collectivité dans les différents secteurs publics ou socialisés (éducation, santé, protection sociale, culture,  entreprises publiques, sécurité, logement social, etc.) ? La conséquence en est la disparition progressive des moyens communs et des biens publics qui fournissent à tous les ressources de la bonne vie en égalisant les conditions d’accès sans exclusivité et sans rivalité. Dès lors, la justice sociale disparaît et seuls ceux qui en ont les moyens peuvent se procurer ces biens autrefois disponibles pour tous.

Pourquoi cette propension au tout privé perdure-t-elle malgré la crise qui devrait invalider la logique libérale ? Parce que cela fait les affaires (dont les avocats éponymes) des milieux financiers, des multinationales, des grands patrons, des riches… Parce que ce sont les politicards qui ont encouragé la chose afin de financer leurs campagnes électorales et asseoir leur propre bonne situation (ils pantouflent souvent dans le privé et deviennent « avocats ») ; parce que cette dérive a été justifiée par la théorie économique néolibérale et s’est imposée comme pensée unique dans tous les milieux dirigeants et universitaires ou d’expertise, dans les sphères politicardes qui ont ainsi bonne conscience car ils font ce qui est préconisé comme le meilleur moyen de la croissance et de la richesse par les économistes. Parce que le socialisme social-démocrate, seul en piste après la chute du contrepoids soviétique, a abandonné ses idéaux et ses principes en faveur du libéralisme ; il a ainsi laissé sans solution de rechange, sans autre perspective, sans espoir les masses populaires, lesquelles ne peuvent que se résigner puisque l’on est dans le TINA : there is no alternative, cher à la dame de fer. Parce que le syndicalisme s’est institutionnalisé et ne vit donc que dans et par le système, sinon pour. Parce que le libéralisme a fini par s’emparer de la culture en l’axant vers l’individualisme, la cupidité, la consommation, la concurrence. Parce que les politicards et le capitalisme encouragent toutes les divisions sociales afin de mieux régner, notamment avec le communautarisme, la « distinction », le relativisme, le culte de la « différence », le « post-modernisme ». Parce que la société est clivée : inclus/exclus, citadins du centre/ banlieusards de la périphérie, travailleurs protégés/ précaires, riches/pauvres, citoyens/immigrés, blancs/beurs, blacks, etc. On est donc bien, en face de la société civile hétérogène,  dans ce que Gramsci avait appelé un bloc historique où les classes dominantes convergent dans l’exploitation économique, la domination politique et l’hégémonie culturelle ou idéologique. Comme l’avait dit Proudhon, la lutte doit donc être multidimensionnelle contre un système intégré afin d’éradiquer la triple collusion « du trône, de l’autel et du coffre-fort ».

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr