les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

Les bourgeois bons cathos ont voté Fillon

Classé dans : politique — 11/22/2016 @ 11:51

Hier 4 millions de bourges plutôt droitiers (dont socialistes) se sont déplacés dimanche 21/11 pour les primaires des Républicains. Oh surprise, 44 % ont voté pour Fillon, le candidat le plus libéral en économie et le plus réac en matière sociétale et de moeurs. Tsarkokozy, accompagné de sa star cosy, n’a eu que les yeux pour pleurer et Jupé, sans jupettes, arborait une mine tristounette tout en maintenant le combat. Encore une fois les instituts de sondage se sont plantés et les attentes des journaleux ont été à moitié déçues; certes tout ce beau monde est heureux de l’élimination sans gloire de Tsarko. Et tout le monde s’extasie sur le caractère démocratique des primaires tant à droite maintenant qu’à gauche en 2011. Pourtant les mérites démocratiques des processus de primaires ne méritent sans doute pas tant d’honneur. Déjà aux USA, les primaires démocrates ont permis de rejeter Sanders au profit d’une digne représentante des intérêts de Wall Street et de l’establishment blanc et Wasp. Les Républicains d’en haut, les apparatchiks éléphantesques, avaient rejeté Trump mais la fortune personnelle de celui-ci lui a permis de se maintenir de même que les soutien des plus droitiers des Républicains, adeptes notamment du Tea Party. Notons qu’en France un Trump dans les partis institutionnels ne serait pas possible tant les choses y sont filtrées et organisées (notamment par les conditions de candidature; même NKM a dû pleurer pour avoir les signatures nécessaires avec l’aide de Jupé) pour que le vainqueur sorte du sérail.
L’élection de ce 1er tour est une parfaite illustration du conformisme partisan et de l’auto-reproduction des partis en circuits fermé: tous les candidats surenchérissaient sur les thèmes porteurs: à bas les fonctionnaires, les dépenses publiques, les déficits sociaux et publics; vive la sécurité, l’anti-terrorisme, l’autorité à l’école, le retour du service militaire, le retour à l’identité contre la menace islamiste, etc. Sur l’Europe, l’ordolibéralisme austéritaire, la concurrence UBER ALLES, la finance, le TAFTA, l’euro, la désindustrialisation, les inégalités, etc., nib de nib. On a élu le premier des clones du libéralo-capitalisme, sa meilleure copie (au double sens de devoir écrit et de sosie). Ces élites auto-proclamées et encensées par les médias et poussées par les sondages ne voient toujours pas que le modèle socio-économique qu’elles suivent aveuglément, malgré toutes les preuves de sa nocivité (dont le krach de 2008), est le pendant de la montée des frustrations et du ressentiment contre elles d’un peuple laminé par la pauvreté et la précarité, fâché contre le progrès des inégalités et la disparition de la promotion sociale pour lui et surtout pour ses enfants. C’est le même processus qui fait monter le repli sur le religieux en tant que consolation ou espérance dans un monde meilleur, fût-il dans les cieux et après la mort, ou le repli sur la famille ou sur tous les dérivatifs comme le sport, la téléréalité et même les drogues. Et les plus excités ou frustrés veulent détruire ce monde qui leur fait miroiter les douceurs hédonistes de la consommation sans leur donner les moyens de le faire, ce qui suscite l’envie et la révolte; c’est la logique des raisins verts et trop bons pour des goujats. On constate ainsi que ces primaires ne sont pas démocratiques car elles laissent de côté la majeure partie des électeurs. En outre, il est clair que les votants ne représentant jamais qu’une minorité et qui plus est celle qui a intérêt à ce que rien ne change ou revienne à l’ordre moral ancien. cette minorité, affolé par l’incertitude et la montée des extrêmes fait comme l’autruche: elle se replie sur ses certitudes et ses acquis sans regarder les vrais problèmes ni se positionner vis-à-vis de l’avenir. C’est un exemple de « dissonance cognitive »: quand ce qui se passe contredit les croyances, alors les vrais croyants y adhérent encore plus en déniant les faits.
Et, cerise sur le gâteau: le mécanisme est tel que, par suite de la déréliction totale du socialisme, toutes tendances confondues (environ 36 % de représentativité assortie de la division: écolos, parti de gauche, Montebourg et autres frondeurs), l’élu LR au 2ème tour des primaires (sans doute Fillon) sera sûrement élu contre la Marine. 4 millions de bourges ont donc fait à eux seuls le futur président de la ripoublique en 2017! Quelle démocratie! Les primaires, soi-disant démocratiques aux yeux de leurs thuriféraires comme la girouette Joffrin (un Joffre en bien plus petit), ne font qu’accentuer les tares de l’actuel système représentatif des Francaouis. Alors pourquoi tant de louanges pour un processus aussi pervers? Fastoche bien qu’il ait a eu le mérite de nous virer Tsarko et il va limoger Flanby, lequel, par narcissisme et mégalomanie paranoïaque, va quand même se représenter. Perinde ac cadaver. Périsse la France et le parti plutôt que moi!
Cela fait du buzz, du médiatique, des pseudo-débats d’experts, des sondages, du barnum pendant 6 mois; panem et circenses. Cela rapporte seulement aux médias et aux sondagiers, cela est utile aux politicards pour grimper sur le pavois et se faire mousser, pour préparer leur avenir car les meilleurs vaincus seront récupérés par le vainqueur dans ses futurs ministères (ce qu’a fait Flanby après son élection, cela fait oublier les vrais enjeux des élections, à savoir la prise en charge du bien commun pour tout les membres du pays. Il faut donc qu’avec cette comédie tout ait l’air de changer pour que rien ne change. C’est plus subtil qu’à Lampedusa!

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr