les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

Politicards francaouis et islamistes

Classé dans : politique — 12/26/2016 @ 11:44

Depuis des décennies les politiciens français sont « incapables » de réguler l’immigration en fonction des possibilités d’intégration dans le pays. Politicards de droite le font pour cause d’incitation par le patronat qui voit dans l’afflux d’immigrés une façon de peser sur le niveau des salaires. Politicards de gauche, avant leur conversion libérale, le faisaient pour des raisons d’internationalisme socialiste et droits-de-l’hommistes. Politicards « democrates-chrétiens « et centristes étaient des humanitaires prêts à accueillir « toute la misère du monde » et en raison des valeurs libérales en faveur des droits subjectifs ouverts à toute personne. Et tous les politicards des deux forces majoritaires, à savoir ceux de « l’UMPS » favorisaient l’immigration incontrôlée afin de faire monter le Front National. Le calcul électoral est simple: avec un front à 20/25 % d’électorat, la question devient qui figure au 2ème tour des élections pestilentielles; le second, maintenant derrière le Front, empoche sûrement la mise car alors se met en branle le totem socialo du « front républicain » contre le fascisme. plus le front national est gros, plus les chances de devenir 2ème et futur élu sont grandes. Pour ce faire, il faut donner des gages aux communautés d’immigrés; c’est-à-dire concéder des « arrangements raisonnables » en ce qui concerne l’admission de leurs moeurs, fussent-elles contraires aux valeurs de la république. C’est ce qui valut à Pépère en 2012 la faveur du vote musulman, faveur qu’il a perdue avec le « mariage pour tous ». Pendant ce temps, le terrorisme islamiste a pu prospérer sur un terreau favorable, ce qui, naturellement, a fait encore plus les affaires du FN. Voilà ce qui se passe quand on ne songe qu’à instrumentaliser l’immigration à des fins politiciennes.
Tout ce beau monde politicard a négligé plusieurs dimensions fondamentales du problème de l’immigration:
1) l’effet de densité et de masse sur la longue période. En effet, par exemple 100 000 immigrés par an (toutes causes confondues, dont le regroupement familial, l’immigration de travail, celle d’asile), largement de même culture, pendant 20 ans cela fait 2 millions de personnes à quoi s’ajoutent les naissances, dont celles issues de pseudo-mariages mixtes, en fait souvent des mariages entre un immigré devenu français ou français de naissance et un(e) parent(e) péché dans le pays d’origine. Il n’est pas donc étonnant que la France aujourd’hui ait de 4 à 5 millions de musulmans. Mais ils ne sont pas répartis de façon homogène pour la raison qui est développée ci-dessous. Et, surtout, raisonner sur des flux annuels au lieu de sur le long terme, c’est volontairement masquer les problèmes de l’avenir. rappelons qu’un élément de stratégie des islamistes est de faire faire beaucoup d’enfants afin de pouvoir peser de plus en plus fort sur les choix du pays via la pression démographique. Et cela au moment où la terre est sans doute surpeuplée!
2) L’effet culturel. Il se trouve que les immigrés récents, par un processus parfaitement naturel analysé dès 1920 par l’école de sociologie de Chicago, cherchent de l’aide dans la communauté déjà établie (problèmes de langue, de culture, d’entraide, de réseau pour trouver un emploi ou circuler dans les arcanes juridiques du pays afin dy avoir les aides normales); cela produit donc des regroupements dans certaines zones où la population immigrée peut devenir majoritaire et ainsi imposer sa culture. Le processus de densification dans ces territoires de reconstitution de la mère-patrie ou de l’Ecclesia ou de l’Umma religieuse a été renforcé par la mise en place du libéralo-capitalisme dans le domaine du logement et des transports. Les pauvres parmi les pauvres se retrouvent alors dans les logements les moins chers parce que les plus défavorisés à tout point de vue. Dans les endroits où il y a une densité ou masse « critique », il n’est pas étonnant que les populations d’origine immigrée reconstituent leurs conditions de vie et reproduisent leurs pratiques culturelles.
3) Les spécificités de l’Islam. Les politicards arguent de la laïcité en tant que liberté de culte pour tout un chacun; liberté en outre très affirmée par les instances européennes et par la plupart des démocraties en quelques sorte d’obédience religieuse (USA, G-B, Allemagne, etc.). Le problème est que l’Islam n’est pas qu’une religion: c’est un système religio-socio-politique total où la politique n’est pas séparée de la religion et lui est même très clairement subordonnée, où les lois de Dieu s’imposent et prévalent sur les lois humaines et politiques. Et cela dit sans compter que ces lois religieuses, qui s’appliquent partout et concernent aussi les moeurs, l’alimentation, le vêtement, les relations hommes/femmes, etc. remontent au 7ème siècle PC et sont en outre intangibles car révélées par Allah lui-même, via l’ange Gabriel (Jibril), à Mahomet. Chevènement, vieux cheval de retour du socialisme, va être président d’un machin « culturel » en plus du truc cultuel (le CFCM) et visiblement ignore que, sous couvert de religion, c’est la culture qui s’annonce et peut progresser petit à petit, ce qui s’observe depuis plus de 20 ans! cette culture est certes tout aussi estimable que les autres mais ce n’est pas l’enjeu politique. Le vrai problème est de conserver les libertés chèrement acquises dans le modèle libéral-républicain. Les islamistes s’en servent du reste, au nom du droit à la différence, à la liberté de culte, à la non-discrimination, à la tolérance, des droits de l’homme pour avancer leurs pions. Et il est assez clair que s’ils arrivent à prendre le pouvoir tous ces droits seront annulés façon Arabie saoudite. Les femmes ont-elles envie d’être ramenées au gynécée, les athées d’être pourchassés, etc.?
4) Dès qu’il y a un regroupement suffisant de population surgissent des « entrepreneurs de religion », c’est-à-dire des affairistes qui comptent instrumentaliser la foi pour se tailler des bonnes places dans le pays (postes politiques, administratifs, de représentation « officielle », etc.). Pour accélérer le processus, quelques manipulations ne sont pas négligeables: appel à la solidarité religieuse et/ou ethnique, stigmatisation des déviants, éventuellement menaces et impôt forcé, rachat des commerces (parfois après racket ou menaces ou propositions de « protection »; c’est la méthode de toute mafia). Cela marche si les politiciens cèdent des avantages à la population soi-disant représentée. Toute concession amène ensuite une exigence supplémentaire suivant la bonne vieille stratégie du salami. C’est ainsi que, volens nolens, l’énorme majorité des gens, qui ne cherchent qu’à vivre en paix leur croyance, se retrouvent embrigadés dans les voies rigoristes sinon extrêmes. D’où la stratégie de Daech: terroriser, ce qui fera stigmatiser les musulmans par les autres, ce qui les poussera encore plus dans les bras de manipulateurs de religion. Naturellement, Daech ne peut avoir cette stratégie que parce que les politicards lui ont ouvert cette voie en niant la nature des problèmes. Et souvenons-nous que soit toute classe religieuse veut dominer le politique pour ses intérêts propres au nom de sa religion, soit que les politicards se servent de la religion pour justifier leur pouvoir et leurs conquêtes territoriales.
5) L’importance de la solidarité communautaire. Par solidarité, les membres de la communauté se taisent (jusqu’à l’omerta en cas de possibles rétorsions) pour tout ce qui est des comportements incivils, voire inadmissibles. Les voyous, voire les terroristes ne sont-ils pas des « frères » malgré tout?
L’Islam n’est pas pire que les autres religions (même le bouddhisme ainsi qu’on peut constater ses exploits en Birmanie sous la houlette d’une prix Nobel!) en tant que culte et croyance. Toutes les religions ont besoin de vivre sur le dos des croyants, y compris les braves Lamas bouddhistes. Toutes les religions prétendent à l »universalité et veulent s’imposer contre les autres. A cette fin, elles ont besoin du bras armé du politique qui, en retour s’appuie sur la légitimité qu’elles leur donnent au nom de leur monopole du divin. Il n’y a pas eu de religion sans spadassins et sans massacres. En Occident (ou en Chine), les religions se sont fait normalement interdire l’espace public, non en tant que cultes qui restent tout à fait libres, mais en tant qu’imposant leurs valeurs et leurs normes à tout le monde. C’est ce que n’ont pas encore fait les entrepreneurs islamistes de religion. En revanche, toutes les religions continuent de s’implanter via les services aux pauvres et la charité; ce qui explique qu’elles soutiennent ou acceptent tacitement le libéralo-capitalisme qui en accroissant la misère pour le plus grand nombre assure leur propagation et leur utilité. En plus, en promettant le bonheur dans l’au-delà, elles contribuent à démobiliser les gens contre les injustices. Ce que fait aussi, du reste, la religion libéralo-capitaliste en promettant demain la consommation pour tous. Mais c’est comme chez le coiffeur qui affiche tous les jours : demain on rase gratis.
Si on est pour la liberté de conscience, de culte, d’expression, on ne saurait interdire les religions. En revanche, tout ce qui n’est pas relatif au cultuel: valeurs sociopolitiques contraires aux valeurs républicaines (égalité hommes/femmes, droit à l’apostasie, droit à la liberté sexuelle, droit à l’athéisme, laïcité, neutralité de l’espace public, droit à la mise en débat et à la controverse, etc.), comportements et vêtements ostentatoires et de prosélytisme dans l’espace public doit être limité et combattu. Mais intelligemment, par exemple avec des repas différents dans les cantines ou le refus d’horaires non mixtes dans les piscines. On doit surtout surveiller de très près les « entrepreneurs de religion » et sévir pour toute incivilité, surtout celles qui montrent que l’on privatise et « cléricalise » l’espace public. Par exemple, dans les abattoirs il faut s’assurer que les bêtes sont bel et bien étourdies avant d’être assassinées (c’est la règle européenne mais en France les politicards laissent filer).
La civilisation arabo-musulmane a été superbe pendant plusieurs siècles et elle a transmis à l’Occident énormément de fort belle choses ou idées. Puis elle s’est encroûtée par suite de sa fermeture aux autres civilisations et aux innovations. En revanche, l’Islam tolérant a continué de se répandre dans le monde entier, notamment en Asie. Soyons sûrs que 99 % des Musulmans ne demandent qu’a vivre en paix dans leur foi. Quelques penseurs de leur obédience énoncent la compatibilité de l’Islam avec les lois de la République; il sont à soutenir et à faire connaître.
Il y a un moyen de pacifier les choses en se fondant sur l’Islam lui-même. C’est le statut de « dhimmi » qu’il a pratiqué pendant des siècles en faveur des religions minoritaires chez lui. Rappelons que le dhimmi était un « tributaire »: libre de pratiquer sa religion à condition de payer un impôt spécial et de respecter des contraintes dans l’espace public, obligations souvent vexatoires et discriminantes. Eh bien , en France le dhimmi moderne sera traité comme tout le monde sans discrimination, avec tous les droits subjectifs des autres, toutes les allocations offertes par le pays. En revanche, il sera tenu de se comporter comme tout le monde dans l’espace public, ce qui implique notamment le non-affichage de signes religieux ou culturels distinctifs. La même obligation s’impose à toutes les religions: pas de vêtement Amish, de croix, de calottes, de turbans, etc. Dans le pays ce qui prévaut ce sont les usages communs, par exemple au travail, sauf contrat entre le salarié et le patron. Nous aurons donc en quelque sorte un dhimmi inversé: tout le monde dans l’espace public, hors domicile et lieu de culte, est traité de la même façon. ll ne saurait y avoir de règles générales dérogatoires; seulement des accords négociés entre parties prenantes.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr