les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

La démocrassie francaouie a enfin implosé

Classé dans : politique — 03/05/2017 @ 11:55

Fripouillon, héraut de la droite libéralo-capitaliste hard et de la bourgeoisie catho réac en matière de moeurs, a fini de se cramer lui-même à cause des palinodies vis-à-vis de la justice qui commence à le tenir dans ses crocs. Il est plus que probable qu’il ne sera pas au second tour de la pestilentielle de 2017. Maqueron, champion du libéralo-capitalisme soft, ré-inventeur de la 3e voie chère à Blair et à Schröder, a dévoilé son projet de programme qui en fait que continuer la politique de l’offre de Zizi Rider (et pour cause car il l’avait inspirée): baisse des cotisations sociales des entreprises à la place du CICE (qui nous coûte 40 milliards), flexibilité du contrat de travail, remplacement des lois et conventions collectives par la négociation décentralisée dans les boîtes, autonomie des établissements scolaires et universitaires, remplacement des cotisations sociales salariées par une hausse de la CSG (un impôt, donc) et annulation de la taxe d’habitation pour les revenus en-dessous de 5000 euros par mois (soit 80 % des gens, alors qu’on en est déjà à 48 %). Les seuls payeurs seront les classes moyennes aisées et surtout les retraités dont la CSG va augmenter mais sans doute en épargnant les petites retraites. 50 milliards d’investissement (financés comment?) sur 5 ans (ridicule).
Maqueron va attirer les déçus de Fripouillon, une bonne partie des centristes (du MODEM et du CDI) et des socialos hollandistes et opposés à Jamon (Jadot-hamon). Il sera sans doute le 2e, derrière la Marine, aux pestilentielles car Méluche refuse de se retirer. Mais c’est contraire aux intérêts du PC qui veut garder ses députains et va sans doute traiter en loucédé avec Maqueron, lequel veut une majorité législative très cosmo-politique. En définitive l’électeur de deuxième tour aura le choix entre la mère Fouettard et M. Tartemolle. Mais ce sieur n’est pas sûr d’être élu car la droite est tout à fait capable de s’abstenir ou de voter Le Pen et car les frondeurs socialos peuvent s’abstenir. Et même s’il est élu, il est probable que FN et LR se feront des cadeaux réciproques lors des législatives. Hamon n’a aucune chance car Méluche se maintiendra malgré le PC.
Le problème essentiel est que la Ve ripoublique ne peut fonctionner correctement que si le président dispose d’une majorité solide, durable et non à géométrie variable en fonction des sujets à traiter. C’est aussi vrai pour un premier ministre de cohabitation; laquelle rend au président son antique rôle d’inaugurateur des chrysanthèmes. Quelle majorité Maqueron peut-il avoir dans sa volonté éclectique de rassemblement de majorités d’idées et d’action au-dessus des partis?
De Gaulle pensait avoir institué une Ve république au-dessus des partis chers à la IVe. Mais les partis ont fini par s’emparer de tout dans le cadre du duopole PS-LR, et cela parce que le scrutin majoritaire uninominal à 2 tours force à la concentration pour dégager une majorité présidentielle. Avec l’élection du président au suffrage universel et l’inversion du calendrier électoral il a été installé une toute-puissance de la présidence, mais pas un régime présidentiel à la sauce US car il n’y a pas de contre-pouvoirs hormis le Conseil Constitutionnel. Les partis ont acquis le monopole de la sélection des candidatures; notamment pour la pestilentielle avec le système des parrainages qu’ils peuvent bloquer ou truster (ce que fait Fripouillon à droite dans l’espoir d’empêcher le retour de Juppé). Par ailleurs, les partis ont le monopole de la présentation de candidats aux législatives (et ailleurs); ils peuvent ôter l’investiture aux dissidents ou remuants et ne s’en privent pas comme menace. Bref, on est en revenu au « régime des partis » contrairement aux vues de Charlot. le système électoral ne sélectionne que des vieux écheveaux de retour, des mâles vieux, blancs et diplômés: pas d’ouvriers, peu de femmes, peu de colored people. Et pour cause avec les multi mandatures et le droit de se représenter à vie comme Dassault sénateur à 92 ans! L’absence de proportionnelle élimine la représentation de parties considérables de la population au profit du duopole des 2 partis majoritaires.
Les primaires ont aggravé la mainmise des partis sur la sélection des candidats; et un candidat choisi par une minorité (Fripouillon par 2,8 millions de votants aux primaires de la droite et du centre alors qu’il y a 44 millions d’électeurs) peut être finalement élu car les électeurs ne peuvent plus choisir mais seulement éliminer. Et la minorité qui a élu le candidat aux primaires n’a pas grand chose à voir avec la diversité de l’électorat: Fillon a été choisi par des bourges, des cathos, des réacs en ce qui concerne les moeurs, des libéraux purs et durs contre un Juppé plutôt positionné au centre-droit. Las, il a été piégé par ses petites combines familiales. Il va sans doute être sorti à l’insu de son plein gré. Entretemps, il attaque, lui un homme de droite-droite pur lucre et pur fiel, les institutions qu’il serait chargé dé défendre s’il était élu. Un républicain qui s’en prend à la république, c’est la démonstration par l’absurde qu’on est en ripoublique et que la démocratie n’existe plus en tant que représentation du peuple et de l’intérêt général. Du reste, pour essayer de maintenir sa candidature, il en appelle ce jour même à un grand rassemblement de soutien. Qui viendra? La France réac et « moisie », donc une petite fraction du corps électoral! Et il veut faire croire que cela lui vaudra un brevet de légitimité!

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr