les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

Des petits arrangements entre amis au détriment des citoyens et des contribuables

Classé dans : politique — 03/11/2017 @ 12:24

27 communes du Val d’Oise (271 000 habitants), réunies dans le syndicat Emeraude pour le traitement et le ramassage des déchets, ce qui fait l’objet d’une très belle taxe au sein de la taxe d’habitation, viennent de passer la concession de service public à l’entreprise Derichebourg sur 7 ans et pour 80 millions. Cela fonctionne depuis le 1er mars et on observe déjà de nombreux dysfonctionnements et une dégradation du service rendu malgré un maintien du prix pour les habitants. Par exemple, les poubelles de déchets ordinaires (poubelle marron) sont enlevés une fois par semaine au lieu de 2. Quand les poubelsmen passent, qui plus est très en retard par rapport à l’ancien prestataire. La ville d’Ermont, qui a sans doute signé l’attribution du contrat à Derichebourg, vient de protester via son député, M. Portelli. C’est marrant: on signe et ensuite on gueule sans doute pour faire croire aux Ermontois que la ville n’y est pour rien. Cas classique de double jeu à la Hollande qui, côté cour, est pour la taxe Tobin sur les transactions financières et, côté jardin, fait tout faire pour la ratiboiser; ou des boues rouges d’aluminium: Mme Royal est contre mais M. Vallse donne l’autorisation.
Nos édiles auraient dû consulter internet et ils auraient alors vu que Derichebourg traîne déjà des casseroles. L’une d’elle est le marché des encombrants à Paris, sous Delanoix, le maire PS, rose très pale, des “bobos” et de “l’écologie”; une adjointe au maire a été condamnée pour favoritisme! Car le traitement des déchets continue dans la grande tradition de la corruption des maires achetés par Veolia ou Suez pendant des décennies. Au point que Paris a fini par remettre ses eaux en régie municipale. Mais en Ile de France, le cirque continue avec le SEDIF (syndicats des eaux d’Ile de France) présidé par M. Santini, élu bien connu de la filière corse du 92. C’est une belle entente cordiale entre des édiles et des concessionnaires aux frais des usagers qui paient l’eau, bien public de nécessité totale, au prix de l’or, notamment parce que le pouvoir en profite pour glisser des taxes indues dans la facture: par exemple la taxe sur les voies navigables payée par les usagers domestiques de l’eau en Ile de France! A Paris, l’ex-EDF paye à la ville une redevance de concession (pour la distribution d’électricité) de 60 millions d’euros, plus une taxe municipale et une taxe départementale (alors que c’est pareil), ce qui, avec la TVA sur les taxes portent celles-ci à 40 % du montant de la facture (sans compter la redevance de concession qui est noyée dans le budget d’ENEDIS!
Comment Derichebourg a-t-elle pu séduire les édiles du 95? Elémentaire mon cher Watson: promesse d’une réorganisation faisant baisser les coûts, ce qui permettrait aux édiles de moins payer sans doute en maintenant la facture pour les contribuables; plus sans doute des employés moins payés; plus, on s’en doute, une dégradation du service (qu’on constate actuellement). C’est en partie du dumping pour emporter un marché, pratique classique chère à John D. Rockfeller, le pape des « barons voleurs ». Les profits de Derichebourg se portent bien, merci et la boîte entend les faire grimper encore plus. On ne peut pas exclure, bien que je ne puisse pas le prouver mais c’est une pratique éprouvée dans ce secteur, que les attributaires d’Emeraude aient reçu rubis sous l’ongle une petite compensation sonnate et trébuchante.
Il ne faut pas s’étonner non plus de ce que les effectifs des collectivités locales n’arrêtent pas de monter malgré la création de syndicats de communes et d’association-mutuellisation entre communes, soi-disant pour moderniser et diminuer les coûts. Et, figurez-vous que cherchant à joindre Emeraude car ma poubelle n’avait pas été vidée j’ai appelé son numéro hier à 17 heures, ce matin à 9 heures: personne sauf un répondeur saturé! On sait aussi que les honorables dirigeants d’Emeraude se paient des bons repas, par exemple celui organisé par l’ex-maire de Sannois (M. Paternotte, ça ne s’invente pas) en 2013 pour les 20 ans d’Emeraude. Plus, sans doute, des beaux bureaux, des indemnités et des voitures de fonction. Je n’ai par ailleurs pas réussi à avoir la liste des personnes qui siègent au CA d’Emeraude; c’est conservé comme un diamant.
On comprend pourquoi il y a tant de réticence pour la suppression des mandats multiples: un maire peut sacrément mettre du beurre dans ses épinards via des sièges dans les associations de communes et les syndicats de prestation. Les sommes reçues au titre des mandats électifs sont plafonnées mais, curieusement pas celles perçues dans les conseils d’administration des “organes” ad hoc créés à la pelle. Bon appétit, messieurs et ne vous étonnez pas de la progression de l’abstention. Quand je vous dis que nous sommes en démocrassouille ripoublicaine… Proudhon a dit: la propriété, c’est le vol. J’ajoute, la démocrassie, c’est la corruption, ce qui confirme un autre mot de cet auteur: faire de la politique, c’est se laver les mains dans la crotte.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr