les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

Vallse, Franco de porc et de déballage, est allé sans hésitation chez le Maqueron

Classé dans : politique — 03/31/2017 @ 9:23

Notre Ganelon Franco-catalan est allé soutenir le Maqueron. Cela, c’est de la loyauté pour un type qui s’était engagé lors des primaires socialos à soutenir le candidat élu, à savoir Hamon. Il est vrai que notre faux catalan partage largement les mêmes vues libéralo-capitalistes que le Blair francaoui mâtiné de Schröder; s’il s’était fâché avec lui c’est sûrement pour une question d’Ego, celle qui se résume à « moi d’abord, les autres ensuite ».
Mais qui est Vallse et d’où vient-il? Il a eu une vague licence d’histoire tout en se consacrant très jeune à la politique. Il avait sans doute compris très tôt que pour un médiocre la politique politicienne est la seule voie royale pour accéder au pouvoir, aux honneurs, à la rente perpétuelle, à la stabilité de l’emploi. Il a alors magouillé à l’UNEF, à la MNEF, chez les jeunes socialistes. Il a rejoint le camp des « jeunes rocardiens », ce qui montre que le vieux Rocard pour exister avait besoin d’une cour. Cela a eu payé puisque notre Franco-catalan a vite gravi les échelons du PS rénové à Epinay en 1971. maire d’Evry, députain (un général, dégénéré, un maréchal, des maraîchers, un député, des députains, pour paraphraser Boris Vian), ministre et même 1er ministre. C’est la résistible ascension d’Arturo UI, celle qui a permis au PS de « dissoudre le peuple » après le non au référendum sur le TCE en 2005; Vallse est toujours sur la brèch(t)e en tant qu’opportuniste, carriériste et arriviste sans scrupules. Toujours prêt à trahir pour un maroquin comme Vallaud-belkacem pour Mohammed VI (un marocain de haut vol). C’est le Rastignac du socialisme, c’est Ivan Karamazov: si Dieu n’existe pas, tout est permis.
Vallse est le parangon d’une conception, obsolète mais partout répandue, du pouvoir politique: vive l’Etat (surtout si c’est moi), la centralisation jacobine, le monopole bonapartiste du pouvoir par les partis, la méfiance des prétendues élites vis-à-vis de la démocratie, le mépris des bourgeois (surtout les parvenus qui pensent toujours que leur réussite ne vient que d’eux) pour le peuple, le refus de toute divergence au nom du rassemblement autour du parti inique, l’autoritarisme à grands coups de menton à la Mussolini. Et porutant en tant que né catalan, il devrait être anarchiste. Non, il est plus proche de Franco, à la notable différence qu’il est hyper libéral en économie comme son Maqueron. las, hélas, tout notre appareillage politique est, comme lui, Méluche aussi, dans cette conception anti fédéraliste du pouvoir. Une différence est que Méluche est devenu écolo alors que Vallse en pince pour les boues rouges de l’aluminium, pour l’Ayraulport de Nantes, la ligne TGV Lyon-Turin, le parc de Roybon, l’ex-barrage de Sivens. Vallse roule pour la capital en général et le BTP en particulier. Une autre distinction est que Vallse est pour l’Europe libérale et sous domination teutonne, alors que Méluche a compris depuis 2005 où nous mène cette UE qui met en concurrence sans limites les 28 pays européens (et les Gibbys aussi avec le brexit). Vallse est né trop tard; il aurait fait une belle carrière dans l’Espagne franquiste.
Pourquoi, toute honte bue, se rallier à Maqueron. C’est que Vallse (à mille temps pour une brêle) a peur de se retrouver au chômedu et sans usage politique, ce qui, pourtant serait normal, puisqu’on n’utilise pas 2 fois le même papier Q. Vallse espère récupérer ce qui restera du parti après les législatives car le PS fera dans sa majorité porter le chapeau de la défaite à Hamon. Défaite qui sera massive car maints socialos vont fuir vers Maqueron pour « aller à la soupe » où rejoindront Méluche afin de garder une virginité idéologique. Vallse espère que Maqueron le prendra en tant qu’individu indispensable s’il réussit à s’emparer des débris du PS. Mais Maqueron, lui, accueillera des gens nouveaux ou peu marqués ou promettant allégeance pour présenter 577 candidats aux législatives. Il est fort peu probable que Vallse en fasse partie car sa présence nuirait à Maqueron qui veut faire oublier qu’il a fait partie de la camarilla hollandaise comme l’ex-premier ministre. Vallse en se ralliant à Maqueron vaut faire imploser le PS à son profit et vise un come back en 2022. Pour 2017, il aura de la veine s’il redevient députain.
Le PS est mort; son agonie a commencé en 1983 quand Tonton est passé à la rigueur libérale pour complaire à la Doryphorie; l’acte unique de 1986 avec le curé Delors (en Barre) l’a mis dans le coma; Zizi Rider l’a débranché. Mais le socialisme, dont le PS a usurpé le beau nom, lui, vit toujours. En effet, le vrai socialisme, c’est la recherche de la Justice, aspiration perpétuelle des peuples et des gens.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr