les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

La mort annoncée du droit protecteur du travail

Classé dans : politique — 05/26/2017 @ 9:32

La mort annoncée du droit protecteur du travail
Le libéralo-capitaliste Maqueron a manifesté sa volonté de zigouiller ce qui reste de l’ancien code du travail si les élections lui donnent une majorité suffisante. Le malhomme compte ainsi payer son ticket d’entrée dans le club UE (et G7 ou G20) et faire allégeance à die grosse Angela. Le club réclame à la France depuis longtemps des « réformes structurelles », dont la plus classique est celle de la flexibilité du travail afin d’assurer prétendûment la compétitivité du pays, ce qui permettrait d’en finir avec les déficits de la balance commerciale, des paiements et du budget. On doit ici rappeler que nulle étude sérieuse n’a prouvé que cette flexibilité empêchait le chômage. Certes, la flexibilité semble réussir au Danemark mais c’est dans un contexte fort différent de vrai dialogue social et surtout de protection des chômeurs et de formations qualifiantes de reconversion sérieuses, longues et efficaces; loin des misérables pratiques de pôle emploi en France.
On constate que le ministère macronien du travail est truffé d’ex-DRH et d’ex-experts du MEDEF, ce qui en dit long sur les vrais destinataires de la prochaine réforme allant bien plus loin que la loi El Khonerie. L’idée générale est de faire sauter définitivement la « hiérarchie des normes » suivant laquelle la loi est supérieure à la convention collective de branche (que le législateur peut du reste « tendre et généraliser), laquelle est supérieure aux accords d’entreprise. Cette construction avait pour but d’empêcher une concurrence sauvage entre les entreprises (selon leur puissance) et les territoires puisqu’un droit commun et minimum s’imposait à tous aux fins d’égalisation des positions des salariés quel que soit leur lieu de travail tant professionnel que territorial. Si les accords d’entreprise (salaires, temps de travail, conditions de travail, protection sociale…) prennent le dessus, la concurrence entre salariés entre eux et entreprises entre elles pour attirer les employés ou diminuer les acquis sociaux redeviendra sauvage, ce qui du reste ne fait pas l’affaire de tous les patrons. Les grands gagnants seront les grosses boîtes qui en profiteront pour saigner leurs fournisseurs, prestataires et autres sous-traitants; de même les régions les plus dynamiques rafleront la mise au détriment des « territoires oubliés » de la République. Dans les bassins sinistrés de l’emploi, les employeurs pourront imposer leurs règles sans résistance possible. Et Maqueron va au-delà des dispositions El Khonerie: référendum d’entreprise à la demande des syndicats minoritaires s’ils réunissent 30 % des salariés. Et vive la démocratie sociale puisqu’une minorité peut casser un refus par les syndicats majoritaires des propositions patronales. Maqueron envisage que le patron puisse lui seul aussi organiser le référendum d’entreprise. En outre, les domaines de l’accord d’entreprises seraient étendus pratiquement à toutes les matières concernant le travail des salariés! La loi se contenterait de fixer pour eux un plancher super minimal au niveau national. De plus, Maqueron accompagne le renversement de la hiérarchie des normes de dispositions fragilisant les salariés et les syndicats.
Maqueron, en effet, veut installer des sanctions en cas de deux refus d’un autre emploi par un chômeur. Et la question de savoir si le nouvel emploi est assez rémunéré, assez bien situé ou de qualification voisine est loin d’être résolue. Mais c’est ce qu’ont fait, entre autres, les Doryphores qui inspirent tant Maqueron qui s’est muni de ministres germanophiles en veux-tu, en voilà. Par ailleurs, au nom du dialogue social, le Zident nouveau veut étatiser l’UNEDIC, actuellement cogérée par les syndicats et le patronat. Ce sera plus sûr pour exercer les sanctions. Et bravo pour la « démocratie sociale ». En outre, les indemnités pour les salariés ayant gagné leur procès aux Prud’hommes feraient l’objet d’un plancher et surtout d’un plafond. Ne croyez-plus que les tribunaux sont là pour juger en équité, interpréter les faits et ajuster le jugement à chaque cas particulier. Ils deviennent les exécutants d’un tarif. Et vive l’indépendance de la justice! La sucette est qu’on pourrait démissionner (en plus des séparations à l’amiable installées par Tsarko) tout en touchant les indemnités de chômage. C’est aburde et fort coûteux! maqueron va instituer de façon permanente les cadeaux faits au patronat par Zizi Rider en remplaçant le CICE (temporaire) par une baisse des cotisations sociales; pour payer il augmente la CSG de 1,7 points, ce qui va faire plaisir aux retraités. Aux dernières nouvelles, les petites retraites seraient épargnées, ce qui est un début de rétropédalage mais à usage des législatives, de même que le LR a réduit drastiquement le programme du naufragé Fillon. Rappelons que le président nouveau maintiendra la suppression de l’élection des prud’hommes; on peut parier que l’étape suivante est leur disparition au profit de juges professionnels en profitant de qu’il y aura beaucoup moins de contentieux par suite du plafonnement des indemnités de licenciement.
Maqueron, comme Philippe (putain?) a reçu les dirigeants syndicaux en ordre dispersé de façon à diviser pour régner. C’est la bonne vieille concertation-consultation à la francaouie: je fais semblant d’écouter et de dialoguer, puis je décide tout seul. Et la charrue a été mise avant les boeufs car il apparaît clairement que le texte des ordonnances sur le droit du travail est déjà prêt. recevoir les syndicats, ce n’est que pour prendre la température afin d’évaluer le climat social à la rentrée car le Maqueron, si Dieu lui donne une majorité, compte bien édicter ses ordonnances pendant l’été quand les salariés seront en vacances. Vieille et classique manipulation gouvernementale. Maqueron, c’est le canada dry du changement: on fait semblant de tout changer pour que rien ne change du cadre institutionnel de la Ve ripoublique et pour continuer le petit jeu de l’oligarchie des partis.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr