les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

Le macronisme est en route

Classé dans : politique — 06/09/2017 @ 9:33

Il y a eu un macron romain, séide de Tibère mais qui l’a sans doute assassiné au profit de Caligula, lequel le pria en retour de se suicider avec Mme. Notre Maqueron sui la même voie et ses premiers pas confirment que nous allons vers une dictature libérale. Déjà, le malhomme a fait restreindre l’accès des journalistes réputés peu macroniens à sa personne et à ses oeuvres. Certes Zizi Rider, dit Sphincter 1er par Onfray, se répandait partout et à tort et à travers, mais ce n’est pas une raison pour fermer ses écoutilles sauf pour des journaleux en quelque sorte attitrés. On perçoit que le président « jupitérien » réserve sa rare parole, exprimée sous forme d’oracle, à son réseau de copains pour les choses sérieuses et aux médias pour la compassion, par exemple vis-à-vis des Britanniques une fois encore ciblés par des terroristes.
Le malhomme vient de se doter de sa propre garde prétorienne sous couvert de « task force » de lutte contre le terrorisme. Tonton avait aussi sa propre garde, laquelle a veillé à chasser les rumeurs sur Mazarine et son 2e ménage (affaire des écoutes menées par le préfet Ménage récompensé par le poste de président d’EDF) et a monté, par exemple, le coup foireux des « Irlandais de Vincennes » pendant que ses services secrets coulaient le Rainbow Warrior dans le port d’Auckland. Prions que la garde macronienne ne finisse pas pareillement. L’ESB, maladie à prions, est si vite arrivée…
Maqueron s’est déjà entouré de copains et de coquins et protège encore le ripou Ferrand que le moindre sens de l’honneur aurait déjà dû faire démissionner. On est déjà dans le registre des mousquetaires du roi: un pour tous, tous pour un et, on doit ajouter, tous pourris. Comme par hasard, la majorité des « hommes du président » (par le mot homme, j’embrasse toutes les femmes) sortent de l’ENA dont le réseau des anciens élèves pourrit la politique depuis sa création. L’ENA est un entonnoir de sélection des gouvernants et de la haute fonction publique. Maqueron a fait donner l’investiture d’En Marche à une kyrielle de puceaux de la politique sous prétexte d’en appeler à la société civile. L’idée est de disposer ainsi d’une large majorité de godillots enamourés à l’Assemblée nationale. L’exécutif sera donc libre de faire votre tout et n’importe quoi contre le bien commun. Maqueron a eu l’idée ingénieuse d’avoir des serviteurs à la fois dans son propre appareil de secrétariat de l’Elysée et près des ministres. ceux-ci pourront donc utilement être à la fois inspirés et contrôlés par le président et ses sbires. C’est ce qu’on appelle la décentralisation et le rôle autonome des ministres qui ne sont plus des « collaborateurs », du moins sur le papier.
Maqueron va transformer les lois d’état d’urgence anti-terroristes et jusqu’à présent « revolving » en loi permanente, ce qui facilitera la chasse aux opposants en toute saison. Trotsky (je mets un Y car c’est l’orthographe yankee très usitée par Maqueron) avait inventé la révolution permanente; Maqueron va créer l’état d’exception permanent. On n’apprend pas ce qu’est un oxymore à l’ENA? A moins qu’à force de parler franglais, on ait oublié la grammaire et la syntaxe.
Sur la destruction totale du droit du travail avec inversion radicale de la hiérarchie des normes, Maqueron se drape dans le dialogue social et le respect de la loi Larcher (obligation de « négocier » au préalable toute réforme du droit du travail avec les Confédérations). Mais on sait que tout est déjà prêt, que le timing est établi. On peut penser aussi avec une forte probabilité qu’il y a des choses cachées à ne pas dévoiler avant la fin des législatives. On connait encore la bonne vieille stratégie gouvernementale ou patronale des ballons d’essai, des petits pas progressifs en rondelles de salami, du bout du tunnel auquel on raccroche une nouvelle portion dès que les gens espèrent en voir la fin. C’est sans doute pourquoi les réformes vont quand même être étalées sur 18 mois, l’idée est de faire semblant de négocier et de plumer l’oie, comme disait Colbert, sans qu’elle piaille trop.
Maqueron va profiter de sa majorité introuvable, de sa chambre bleu horizon, de sa « légitimité » électorale pour faire avancer le pays à marches forcées vers le libéralo-capitalisme mondialisé. C’est le vice de la démocrassie prétendûment représentative; une fois élu on peut « donner et casser la loi » à tire-larigot. Et contrairement à ce que des libéraux racontent, l’Etat ou la politique n’ont pas disparu. Au contraire, l’Etat est resté tout-puissant mais ce n’est plus pour intervenir dans l’économie. C’est pour imposer des règles du jeu favorables au capital et à la finance. Maqueron va ainsi appliquer la leçon de l’ordo-libéralisme teuton (le libéralisme économique imposé par des règles) à Ce Jurassik Park qu’il pense être la France. cela ne passera pas si facilement car le peuple français n’a pas la docilité toute luthérienne qui sévit en Doryphorie. Les chassepots risquent de partir tout seuls. Maqueron, philosophe de pacotille et ignare en sociologie, ignore la loi suivante: tout corps social victime d’une pression accrue réagit en faisant péter le couvercle de la marmite quand elle n’a pas de soupape. Ni de sous-pape lui faisant accroire que le bonheur sera dans l’autre monde ou adviendra demain grâce aux réformes. Ne nous y trumpons pas: le macronisme est un libéralo-capitalisme à visage humain asséné avec le sourire ultra brite.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr