les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

En marche vers la dictature démocratique libéralo-capitaliste

Classé dans : politique — 06/14/2017 @ 9:22

Ce 1er tour des législatives a tenu toutes ses promesses: Maqueron va avoir une majorité absolutiste à l’Assemblée nationale et pourra faire passer haut la main toutes ses réformes de destruction du pacte social francaoui issu du CNR en 1945 afin de rejoindre le club ordolibéral de l’UE. Cela fera naître des résistances un peu partout et dans tous les domaines car le peuple ne renoncera pas aussi facilement à sa culture. certes, ces élections ont définitivement prouvé que la démocrassie représentative et ripoublicaine n’était qu’une farce. Jamais la distance entre « le pays légal et le pays réel » n’a été aussi grande. Mais comme l’a dit Proudhon: avant de se gouverner, le pays travaille et il faut avoir vécu dans cet isoloir qu’on appelle assemblée nationale pour savoir combien le pays n’est jamais représenté par ceux qui connaissent ses problèmes.
La nouvelle chambre des députains ne sera en rien représentative du peuple, ni dans son entier, ni dans sa diversité. Radio Maqueron ment, radio Maqueron est allemand et ordo-libéral. Car, comme le disait Montesquieu: le pouvoir corrompt et le pouvoir absolu corrompt absolument; il faut que le pouvoir arrête le pouvoir. Or avec cette majorité on en sera fort loin car il est dans la nature du pouvoir d’aller jusqu’au bout de sa force afin de se maintenir contre vents et marées. Le pluralisme est déjà mort, Maqueron clouera son cercueil (pas d’incinération car il monopolise les urnes). Du reste, on aura une assemblée de puceaux de la politique et des affaires publiques contre un exécutif d’énarques énamourés par die grosse Angela. Proudhon disait qu’il fallait au pouvoir politique le contrefort du pouvoir économique; c’est raté car les deux ont fusionné depuis longtemps, les politiciens étant devenus les « fondés de pouvoir » (Marx) du kapital. Avec Maqueron la chose deviendra lumineuse, ce qui permettra un jour aux forces sociales réelles de se passer de la politique et du pouvoir centraux. C’est plus facile de combattre quand l’ennemi est identifié et règne sans partage. C’est déjà en cours avec la floraison déjà ancienne d’initiatives locales et dans la société civile.
Le régime de la Ve ripoublique a dès son origine tronqué la représentation du pays; là, on atteint le summum. Maqueron obtient 24 % au 1er tour des pestilentielles avec 20 % d’abstentions, 66 % au 2e avec 29 % d’abstentions et 11,5 % de blancs et nuls. On n’a pas voté vraiment pour lui mais contre la bande des 4 et sa légitimité est déjà fort limitée. Le pire est au 1er tour des législatives: son parti ramasse tout, hétérogène, de recyclage de vieux renards, soi-disant de rassemblement fait 32 % avec 51, 5 % d’abstentions (donc 16 % du corps électoral, cela dit sans compter les 8 % de non-inscrits, soit 3 millions de personnes). Avec ce score, En Marche vers le modèle doryphorien, va attraper disons 420 sièges sur 577 soit près de 72 % des sièges! Et cette assemblée, composée de 70% de membres des classes moyennes supérieures et remplie de gens venant du privé n’est absolument pas représentative de la sociologie du pays: elle compte 0,2 % d’ouvriers alors qu’ils sont 25 % de la population. Ce n’est pas une nouveauté, mais là on est sûr que l’individualisme de tous et chacun tuera le sens de l’intérêt général. C’est la fin de la démocrassouille représentative francaouie. Le PS, seule réussite de Zizi Rider, est enfin enterré comme beaucoup de ses ténors (il ne reste que 65 socialos pour le 2e tour); il se croyait encore vivant à l’instar du coyote de Tex Avery qui ne tombe que lorsqu’il se rend compte qu’il est au dessus du précipice. La FI a échoué car si ses analyses du libéralo-capitalisme teutonisé sont plutôt bonnes, ses propositions sont à la fois insuffisantes et peu crédibles. Les verts de gouvernement se sont engloutis dans le maqueronisme. Les LR ne savaient pas à quel saint se vouer et se sont démonétisés depuis longtemps, notamment sous Tsarko et avec la candidature de Fripouillon. Le FN est laminé mais je suis persuadé que la politique maqueroniste nous le renverra en force en 2022.
En effet, celle-ci consiste à tout donner aux très riches, aux multinationales, aux grosses boîtes, aux actionnaires, à maintenir les narines des pauvres (qui seront touchés encore plus par les emplois précaires mal payés) juste au bord de la fosse à purin et à matraquer la France moyenne des PME, PMI, TPE, artisans, fonctionnaires, cadres, moyens agriculteurs, professions libérales… car elle est la seule classe qui peut encore payer encore et encore des impôts Cela ne pourra durer; d’une part, elle finira par se rebeller contre le fait de payer sans contreparties, d’autre part elle se réduira compte tenu des évolutions technologiques, ce qui augmentera d’autant le reste à payer par ses membres survivants. Et malgré tous les cadeaux du maquereautage au patronat représenté par le MEDEF, il n’y aura que fort peu de créations de vrais emplois. On fera du Schröder, à savoir des minijobs à temps partiel dans les services. Je souligne aussi que le PS, ce qui sera aggravé par EM, a déjà largement torpillé le principe d’universalité qui assurait à la classe moyenne une participation aux dépenses sociales.
Devant ce qui nous attend, il est inutile et dangereux d’attaquer de front le maqueronisme. Il peut légiférer sans contraintes et user des lois répressives, de sa police et de l’armée. En cas de révolte, allé à Baden Baden comme Charlot, Maqueron nous donnera un grand coup de Massu. Faire la grève ne donnera rien tant les gens ont peur de perdre leur emploi et tant les syndicats sont faibles et installés dans le système. Je ne vois qu’une stratégie efficace: faire la grève générale pendant un an de la consommation car c’est sur elle que repose le libéralo-capitalisme. En outre, on peut faire la grève des banques en mettant notre argent disponible dans une lessiveuse; car l’argent est lui à la source du capitalisme financier. Pour compenser, on s’entraidera entre voisins, on ira acheter la bouffe dans des AMAP et des vraies coopératives, on montera des magasins coopératifs, on créera un réseau d’artisans réparateurs des objets en panne au lieu de les remplacer à neuf, on fera du covoiturage, on ira à la campagne en communautés pour exploiter une ferme en biens communs, on recréera des authentiques mutuelles d’assurance et de santé… C’est dans l’action directe, à la base, indépendante des structures étatiques et capitalistes que l’on pourra retrouver solidarité et réponse aux besoins sans, en outre, zigouiller la nature. Cette stratégie coupera les ressources prédatrices du capital et asséchera les finances publiques; elle amènera un chômage officiel fantastique que le pouvoir ne pourra pas endiguer. Alors, il sera montré que le peuple n’a pas besoin d’être géré par l’Etat, ni par le capital.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr