les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

Truquages, mensonges et palinodies maquereauniennes

Classé dans : politique — 07/08/2017 @ 9:36

Le candidat Maqueron nous avait promis une révolution politique en sus de sa logique hyperlibérale d’adaptation rapide aux règles du libéralo-capitalisme et à la « modernité » (Uber, innovation, dynamisme, abandon des « moins que rien », etc.). Or nous venons de voir, avec une rapidité stupéfiante, une manipulation hyper classique de l’opinion: la parution d’un rapport de la Cour des comptes sur l’état des finances publiques. Ce rapport a immédiatement amené le gouvernement à suspendre ou retarder les rares mesures d’augmentation du pouvoir d’achat des Francouis et à attaquer en piqué les fonctionnaires (pas d’augmentation du point d’indice des salaires, suppression du délai de carence, annonce du passage rapide à la suppression de 120 000 emplois). On doit aussi comprendre que les mesures de Sécurité sociale pour faire baisser le « reste à charge » payé par les assurés (dans les 12 %) en remboursant enfin les lunettes et les soins dentaires et auditifs, sont du flan car elles seront à la charge des mutuelles qui seront forcées d’augmenter leurs tarifs. L’astuce plus que classique consiste à reporter les dépenses de la Sécu ou de l’Etat sur les autres, notamment les collectivités locales assassinées par la montée en flèche du RSA et autres aides sociales.
On ne fera croire à personne que le malhomme, avant son élection triomphale, n’était pas au courant du problème d’un trou de 8,5 milliards d’euros par rapport à l’engagement d’Edam le Rouge de passer à 2,8 % de déficit par rapport au PIB en 2017. On le croira d’autant moins que Maqueron fut un chaud partisan de mesures qui ont entraîné la plus grosse partie de ce trou; il s’agit de 3 milliards de recapitalisation d’EDF et de l’aide au sauvetage d’Areva. Soulignons aussi que Maqueron a fortement appuyé l’affaire de la construction par EDF de 2 EPR à Hinkley Point chez les Rosbifs. Il y en a pour les 2 tiers de la somme astronomique de 23,5 milliards (plus la récente annonce de retards et d’augmentation de coûts, soit plus 2 milliards!). Alors qu’EDF était déjà très lourdement endettée, Maqueron a ainsi trouvé le moyen de financer la Grande-Bretagne sous prétexte que le tarif de vente de l’électricité y serait fort rentable et amortirait rapidement la dépense. Las, les prix du marché spot (à court terme) se sont effondrés, ce qui nuit déjà à EDF en France, et il y a eu le vote du Brexit. Il est donc fort peu sûr que le gouvernement britannique tienne son engagement. On peut prédire d’ores et déjà, soit la faillite d’EDF, soit son renflouement aux frais du contribuable, sachant que l’Etat est actionnaire à 84 % de cet établissement public à logique privée depuis longtemps. Il y a en effet longtemps, si on respectait la langue française, que l’on ne devrait plus dire Electricité de France, puisque 50 % de son chiffre d’affaires est fait à l’étranger, mais société française d’électricité. L’EPR de Finlande a déjà 10 ans de retard dans les badigoinces et celui de Flammanville, 3; plus le problème de la cuve et de son couvercle fabriqués par AREVA au Creusot en pleins de malfaçons fort dangereuses (et il n’est prévu, grâce à une curieuse bienveillance de l’Autorité de Sécurité Nucléaire, de ne remplacer que le couvercle, soit 1 milliard de plus et 18 mois de retard en sus!). Si les finances publiques sont en faillite (et la dette d’EDF en fait partie), les décisions du Maqueron n’y sont pas étrangères…
La manipulation maqueronienne a été assistée par le président de la Cour des Comptes, à savoir le socialo en peau de lapin, Migaud. Ce sieur s’y connait en tromperies. Rappelons un de ses exploits, à savoir l’absorption de Péchiney par l’étranger (le Canada, avant revente à Tio Tinto). Il n’y avait pas besoin de sortir de l’ENA pour comprendre que cette opération avait les buts suivants: supprimer un concurrent, prendre sa clientèle et voler ses brevets, ce qui fut fait avant liquidation de cette fort belle entreprise mise en faillite exprès par ses repreneurs. On a fait de même sous Zizi Rider pour Alstom vendue à la CGE US.
Il faut que tout change (apparemment) pour que rien ne change; voilà le chant du guépard entonné par Maqueron. Hélas, le mensonge est devenu trop visible et cela illico. L’ère Maqueron ne va pas durer longtemps. Elle risque même d’être abrégée par une remontée des taux d’intérêts, ce à quoi s’appliquent les USA afin de torpiller l’Europe, et la France en tête à cause de sa dette publique de 2145 milliards d’euros, soit quasiment 100 % du PIB. Pourtant, l’Etat, soi-disant si mal géré, fait mieux que le privé dont la dette est de 130 % du PIB. Ca va douiller…
Les artifices de Maqueron sont apparus au grand jour; on peut même dire: feus les artifices, comme ceux de Bribri dont toute femme sait que les appats rances viennent d’une réfection totale. « Il n’est point de serpent, ni de monstre odieux, qui par l’art imité ne puisse plaire aux dieux ». Pas au peuple, qui connaît la belle phrase de Lincoln: on peut tromper quelques uns tout le temps, tout le monde quelque temps, jamais tout le monde tout le temps. Maqueron a eu la fausse prudence de ne pas s’engager sur la baisse du chômage; il n’empêche: les Francaouis attendront les résultats. Alors, il risque fort de na pas finir à la Lanterne, ce beau bâtiment royal volé par Tsarko au 1er ministre, mais à la lanterne comme en 1789. Car ça n’ira pas et on le verra bientôt.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr