les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

Politicards, islamisme et terrorisme

Classé dans : politique — 08/28/2017 @ 9:37

Les politicards n’ont toujours rien compris au phénomène de l’islamisme en tant que fondamentalisme radical servant éventuellement de terreau au terrorisme. C’est qu’ils ne veulent pas comprendre car depuis Tonton (marche des beurs, touche pas à mon pote) ils se servent de la population musulmane comme réserve de voix dans les élections et comme vecteur de montée du FN. En effet, un FN fort est un gage de réélection au nom du front ripoublicain à condition d’atteindre le 2ème tour des pestilentielles ; l’UMPS, c’était 30 % des exprimés pour chaque parti, qui donc ne pouvait gagner les élections sans le renfort du vote utile contre le FN. Maqueron est la dernière resucée de ce mécanisme politicien génialement inventé par le président francisquain (ce n’est pas une faute d’orthographe mais la contraction de François [bien que pas d'Assise] et de francisque). Il n’a pas été élu pour sa doctrine et sa politique mais par défaut par suite des âneries des vieux partis et du vivace vote utile lors des deux tours des présidentielles. Par ailleurs, les politicards, dès Fiscart déteint, n’ont eu de cesse de favoriser l’immigration de travailleurs low cost pour faire plaisir au patronat (faible coût de main d’œuvre et pression sur les salaires via la création artificielle d’une « armée industrielle de réserve »). Ils n’ont jamais réfléchi aux conséquences à long terme de, disons par exemple, 100 000 immigrés par an pendant 30 ans, ce qui à la longue crée un effet de masse et de densité, donc une force politique mobilisable par des « entrepreneurs de religion ». Et pour attirer les votes des descendants des immigrés ils n’ont pas hésité, notamment dans les collectivités locales, à accorder des concessions culturelles auxdits entrepreneurs de religion qui ont prétendu les représenter, ce qui ne pouvait marcher que contre des « accommodements raisonnables » dont ils pouvaient se targuer auprès de leurs coreligionnaires. Au passage et peu à peu, le modèle sociétal et culturel républicain a été fichu aux orties. La nature, même sociale, ayant horreur du vide, les entrepreneurs de religion ont fait occuper le terrain, ce qui a été officialisé par la création tsarkozyienne du CFCM, organe de représentation du culte musulman (lire celui porté par les salafistes, les frères musulmans, les imams exportés en France par les pays d’origine). Mme. Merkel vient de le réaliser en Allemagne avec l’intervention d’Erdogan dans la campagne électorale en cours enjoignant aux Turcs naturalisés teutons de ne pas voter pour la CDU, le SPD et les Verts..
Les politicards n’ont jamais pris la peine de se livrer à une analyse approfondie du monde musulman (où les Arabes sont minoritaires mais ils ont l’avantage d’avoir les plus grandes réserves de pétrole et de gaz) et de l’Islam (qui est très divisé, notamment entre sunnites et chiites), ni, naturellement, de lire le Coran. Or ce texte sacré est composite : il y a une phase guerrière quand Mahomet s’est mis à combattre ses ennemis après être allé à Médine et une 1ère étape pacifique quand il voulait convaincre lorsqu’il était à la Mecque. C’est pourquoi, nombre de musulmans se replient derrière le caractère pacifique du Coran, notamment quand les attentats terroristes de Daech leur font craindre une réaction négative des pays où ils sont présents et visibles, alors que d’autres, certes très minoritaires, s’emparent des parties guerrières du texte, celles qui justifient le djihad. C’est comme chez Darty, il y a de tout dans les textes de l’Islam. Et comme il n’y a pas d’Eglise (sauf chez les chiites) mais des imams quasiment élus localement mais généralement sur la base de propositions faites par des Etats (Algérie, Maroc, Arabie Saoudite…), toutes les interprétations (et adaptations car il faut rappeler que cette religion est née au 7ème siècle de notre ère) sont permises. L’interprétation la plus prégnante est la salafiste issue du Wahhabisme saoudien ; elle est avant tout « quiétiste » : chacun doit en revenir à l’Islam pieux et rigoriste des origines, de même que tout bon luthérien doit individuellement se concentrer sur sa formation spirituelle (Bildung). Le salafisme a été énormément financé par les princes saoudiens et soutenu par la monarchie car le religieux est ce qui lui donne sa légitimité bien qu’elle soit à fond impliquée dans le monde occidental via son pétrole et son alliance avec les USA depuis des décennies. Le salafisme a été diffusé à grands coups de brochures religieuses, de dons, de financement de mosquées, d’envoi d’imams formés par ladite Arabie saoudite, d’organismes charitables, de fondations… Et les politicards, trop contents, d’avoir du pétrole bon marché, des achats d’armes, d’avions et de marchandises, de se dégager de l’assistance aux immigrés de moins en moins bien insérés à cause de la crise et surtout du libéralo-capitalisme (L-C) qui se moque de la morale et de la charité ont laissé faire.
Bien, d’accord, le salafisme en tant que courant religieux replié sur la croyance n’est pas dangereux en tant que tel, pas plus que le catholicisme quand il a renoncé à se mêler du politique (quelque peu forcé, en France en 1905). Mais ceci n’est que théorique. Déjà, cette religion est un système total qui ne sépare pas le politique, le religieux, le culturel, le social. La seule loi qui compte pour elle, c’est la loi islamique, donc celle qui est donnée par la Charia suivant les préceptes de laquelle tout bon salafiste doit vivre, y compris dans un pays laïc. Comme une société occidentale, naturellement, ne vit pas suivant ladite charia, le salafiste aura donc tendance à s’en séparer en adhérant à des petites communautés dans lesquelles il ne se singularisera pas et comme, mécaniquement via l’effet de densité d’une immigration continue, les communautés grandissent le pays d’accueil finit par avoir des territoires séparés des autres. Ce qui est aggravé par le libéralisme économique qui sévit dans la politique du logement, des transports et de l’emploi qui pousse les plus pauvres à se regrouper dans les habitats les moins chers. De fil en aiguille, les salafistes affichent leur différence dans l’espace public et, du reste sous l’emprise des entrepreneurs de religion (EDR), ils donnent dans le signes identitaires de différenciation. Les EDR s’en servent car représenter l’identité particulière de la communauté leur permet de vivre à ses crochets (comme pour toute religion, voir par exemple les lamas tibétains ou les fastes catholiques), devenir un élu de la ripoublique (20 000 euros par mois, passé partout, sous réserve des réformes Maqueron) et être arrosé par le pognon saoudien. Cet politique d’affichage de son identité est encouragée par le boboïsme qui fonde tout sur la diversité et les droits individuels des hommes. Cette visibilité, souvent provocatrice à dessein chez les EDR, ne manque pas de susciter l’hostilité ou le départ des autres habitants, voire bien pis. Et c’est comme cela que, de fil en aiguille par effet de masse et de propagande, on finit par avoir des territoires où règne la charia.
En pratique aussi, le salafisme crée des déçus car il y a forcément un écart entre les principes de la foi à laquelle on adhère pour conduire sa vie en observant les préceptes religieux et qui vous donne une identité et une motivation spirituelle et le monde environnant, sauf dans « les territoires perdus de la république ». Cet écart peut être d’autant plus mal vécu que l’on se sent ostracisé, non respecté, contraint par d’autres normes, stigmatisé, paupérisé, rejeté de l’emploi par discrimination, mal vu par les descendants des colonisateurs, les « souchiens », « les croisés », les « blancos », comme dit Vallse. Si les salafistes mâles sont souvent encore plus pauvres que les Francouis-prolos, c’est que leur éducation machiste et de petits princes de la maisonnée les a encouragés à être servis par les femmes et les filles et, donc, à ne pas se former correctement, même pas en connaissance de sa religion. Du reste, il n’y a pas besoin d’être instruit pour forniquer, conduire, manier une kalachnikov ou un PC. Par ailleurs, ils voient que les trafics (tolérés par les politicards afin que la misère des banlieues ne soit pas trop noire) rapportent gros, ce à quoi s’ajoutent les aides sociales en tout genre. Pourquoi se fatiguer puisqu’il suffira d’avoir un mariage arrangé, voir forcé, avec une épouse cherchée au pays (ou vice versa) pour vivre peinard. Il y a donc dans cet écart un ressort puissant de ressentiment. Mais il y a aussi une force d’attraction pour tous les rejetés et vrais « indigènes » du système qui pensent que leur conversion au salafisme va leur valoir considération et rédemption, voir tout simplement une motivation spirituelle qui a disparu du monde occidentalisé via les effets utilitaristes et amoraux du L-C. Et, sur le lot, il n’est pas étonnant que certains dérapent dans le terrorisme via la propagande de Daech. Mais l’entrée dans le terrorisme a été largement favorisée par le contenu même du salafisme et par le communautarisme encouragé parr les politicards depuis des lustres. Du reste, le système L-C s’en trouve fort bien car le repli sur la religion et la division en communautés diverses font son affaire: la plupart des gens le laissent tranquille comme tout bon luthérien investi dans sa bildung et sa petite paroisse.
Comme l’action des EDR est conforme aux intérêts du L-C et à la maximisation de ses soutiens électoraux, on n’a pas entendu Maqueron parler de façon consistante du sujet. Ce qui fait oublier que l’Islam n’est pas plus dangereux qu’une autre religion. Il n ‘ya qu’à constater les ravages des « born again  » aux USA ou des evangélistes, notamment en Amérique latine ou des hindouistes en Inde…pour s’en convaincre. Ce qui est dangereux pour le modèle républicain, ce sont les interprétations fondamentalistes des religions propulsées par les EDR religions quand les politicards leur laissent libre cours dans l’espace public.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr