les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

Amiens, foot et Macaron

Classé dans : politique — 10/03/2017 @ 10:14

L’autre jour, 500 supporters du LOSC qui venait de marquer un but contre Amiens se sont précipités vers la barrière de séparation des tribunes d’avec la pelouse, entraînant sa destruction et la chute d’une centaine de personnes les unes sur les autres et 29 blessés dont 7 gravement. Comme le résident à l’Elysée, à savoir Macaron (spécialité de la pâtisserie Trognon appartenant à la famille de la douairière-présidente), on peut en déduire une jolie parabole métaphorique et analogique.
Le stade est assimilé au peuple francaoui car il regroupe une diversité de populations qui veulent un but commun, à savoir un beau match de foot et est divisée par un but particulier: que ce soit son équipe qui gagne. La barrière, c’est la législation qui est censée, comme disait Lacordaire, protéger les faibles contre les forts même si c’est très imparfait, ce qui permet de critiquer toute conception, action ou décision qui tendraient à l’affaiblir. Comme le macaron (et le président lui-même) la loi est biface: une face efficacité politique et une face régulation des conflits d’intérêts et de valeurs. Il est vrai que la couche de confiture entre les deux faces peut tromper le goût. Dans notre métaphore, la confiture, c’est la « communication » qui est un remarquable outil de séduction, de désinformation et de bourrage « de temps de cerveau disponible ». Ce dont le résident Macaron use à la perfection. Et les deux faces du macaron vivent « en même temps » et « à la fois » comme dans tout syncrétisme éclectique foireux des fausses pensées complexes. Las, le brave Edgar Morin, 96 ans aux prunes, trouve que le « en même temps » de Macaron 1er est vraiment un début de pensée complexe; je dirais plutôt de complexe de supériorité pour la pensée.
Dans un coin-tribune du stade national, se trouve une minorité active qui a légalement acquis la majorité de la représentation de la pluralité du peuple avec 15 % du vote des inscrits. Elle a donc marqué un but essentiel contre le reste de la population, celle qui n’est pas représentée dans les institutions électorales iniques de la V ème ripoublique. Aussi est-elle en mesure de fondre en masse sur la législation afin de marquer son triomphe et son droit « de donner et casser la loi », attribut de la souveraineté selon Jean Bodin. Cet assaut violent détruit le droit du travail au profit des soutiens de cette minorité majoritaire, à savoir la kapital et le MEDEF. Mais la métaphore, ici, échoue car les blessés ne sont pas dans la ruée LREM contre le droit; ils se trouvent dans la population non représentée à la chambre des « fondés de pouvoir du capitalisme » (Marx). Rien à fiche pour les thuriféraires du système libéralo-capitaliste (SLC): ce sont des « illettrés », des « sans-dents », des « sans-costume », des « moins que rien », des inadaptables, des sédentaires, des racistes, de la piétaille du FN… On a donc, pour l’instant, 1/0 pour la majorité législative macaronesque et des estropiés chez les opposants. Et là le match n’est pas arrêté. ladite majorité va ensuite s’attaquer aux tribunes du droit du chômage, du droit au logement, aux retraites, à la progression du taux d’intérêt du livret A, des allocations familiales, de la fiscalité locale, de l’ISF… C’est la chronique annoncée du chamboulement-renversement de tout le droit protecteur et redistributif en faveur des riches et du kapital.
Comme disait un de mes profs il y a 56 ans: quand il n’y a plus de barrières, il n’y a plus de limites. Ou Ivan Karamazov: si Dieu n’existe pas, tout est permis. C’est ce que fait Macaron avec LREM, sauf que tout est permis aux seuls tenants du Kapital, de la bourse, des dividendes. La devise est :ToutenMacron, le phénix de l’Elysée.
Macaron oublie quelques petits détails. Si toutes les barrières sautent, tous les opposants vont se retrouver mélangés et mélenchonnés contre lui et sa garde jupitérienne car tous les intérêts anti-capitalistes auront été touchés par l’éradication des droits des uns et des autres, lesquels verront promptement qu’ils se trouvent face au même adversaire et qu’ils peuvent alors se coaliser. Macaron néglige que les Francaouis ne sont pas luthériens et ont la révolte facile quand on s’attaque à l’universalité et à l’égalité de leurs droits. Il ne voit pas qu’il veut mettre en place avec 30 ans de retard en France un SLC déjà mort en 2008 et que le contexte mondial, sauf chez les élites qui en profitent comme les champignons éponymes (les saprophytes), s’élève déjà contre lui et cela de façon de plus en plus massive et répandue. Ce qui confirme que la droite française est toujours la plus bête du monde tant elle est accrochée à ses rentes de situation. Macaron veut, du reste, lutter contre les rentes alors que ce sont elles qui l’ont fait élire! Macaron agit à contretemps et va subir 2 contre-effets: sa recherche de compétitivité va forcer à court terme les autres pays à durcir leur course au moins-disant. Ce qui va conduire à une déflation généralisée et à la misère pour tout le monde. On peut donc prédire, je ne sais pour quand, une révolte globale des peuples contre le SLC et ses dirigeants.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr