les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

Napoléon III et Maqueron

Classé dans : politique — 10/23/2017 @ 10:13

Le Maqueron n’est pas du tout une innovation, encore moins une révolution. Il ne fait que suivre les traces de « Badinguet », de Napoléon le petit comme disait Hugo. Louis Buonaparte a été élu président de la ripoublique après la révolution de février 1848 et les massacres de juin de la même année, le « républicain « Cavaignac étant à la manoeuvre contre les insurgés. il n’avait pas de parti et il se présentait, lui est ses amis, comme les candidats officiels On lui avait judicieusement opposé comme candidat à la présidence le sieur Cavaignac; vous avez bien lu: le massacreur des journées de juin 1848! Eh bien, en 2017, Maqueron fut élu parce que ses concurrents ont été démonétisés ou éreintés par une presse complice et des soutiens pro-capitalisme soigneusement camouflés. Ils avaient tablé sur un vice du système électoral et sur l’attitude des partis: le primat du vote utile et du front républicain contre le FN, la stratégie étant d’aboutir à une confrontation finale avec la Marine dans laquelle le Maqueron ne pouvait que gagner électoralement tout en étant très minoritaire chez les électeurs. pari réussi comme celui de Badinguet. les deux furent légalement élus mais leur légitimité est plus que douteuse.
Ensuite Badinguet fit un coup d’Etat pour devenir empereur. Maqueron n’en aura pas besoin car notre régime politique actuel fait qu’il dispose désormais de tous les pouvoirs que, du reste, il est déjà en train d’accentuer avec une centralisation démentielle, la destruction des corps intermédiaires (syndicats, collectivités locales, Unedic…), la mort du dialogue social collectif, le recours sans limite à l’expertise et à la technocratie. Il n’aura pas le titre mais il est déjà bien plus puissant en France que Badinguet. En Europe, c’est une autre histoire bien qu’il rêve de fondre le pays dans celle-ci en abandonnant ce qui lui reste de souveraineté aux instances internationales.
La Paille Au Nez III et Maqueron sont tous deux « et de droite et de gauche ». Le Ier s’est illustré par une brochure sur « l’extinction du paupérisme » au point que Proudhon, fort maladroitement, lui a demandé de conduire lui-même la révolution sociale sous peine d’être éliminé par celle-ci. Mais Badinguet, à l’instar du Maqueron, a commencé par donner les pleins pouvoirs à « la féodalité industrielle » et financière, à signer un traité de libre-échange avec le Royaume Uni (genre CETA), à réprimer la classe ouvrière et ses organes de défense (dont les sociétés de secours mutuel), à intervenir militairement au Mexique et en Italie. C’est sur le tard, après qu’Haussmann ait éventré Paris pour faire place nette pour des tirs directs de canon et pour laisser libre cours à la spéculation immobilière, que Badinguet accorda en 1864 le droit de grève et alla même jusqu’à aider les syndicalistes à participer au Ier congrès de la I ère internationale à Londres. on voit le raisonnement qui justifie la mise aux ordres du politique par le kapital: croissance, first, puis, si cela marche et si les capitalistes sont partageux, quelques miettes à redistribuer au peuple. La différence est que Badinguet s’est bêtement opposé à Bismarck alors que Maqueron lèche les bottes de die Grosse Angela.
Badinguet croyait au progrès, Maqueron et Félicie aussi. Mais celui-ci devait être conduit par une élite technocratique inspirée par St-Simon: remplacer le gouvernement des hommes par l’administration des choses via la science et les ingénieurs; comme cela on atteindrait une alliance capital-travail au niveau des entreprises. On retrouvera cette collusion sous le maréchal Putain et sa « dyarchie ». Sous Badinguet, l’affaire fut rondement menée par les banquiers animateurs de la création de sociétés par actions (les SA) et par les polytechniciens, issus de « ce séminaire de l’aristocratie » qu’est une grande Ecole (Proudhon). Ce primat de l’élite étatique fut restauré sous Charlot et le rôle majeur des grands ingénieurs de l’Etat fut longtemps magnifié par la revue de l’X, à savoir « La jaune et la rouge » et le mouvement X-mines. Mais Charlot, lui, avait « le plan » qui était une superbe structure de dialogue social entre tous les acteurs intéressés au développement du pays. Las, sous Maqueron, les entreprises d’Etat sont déjà mortes ou moribondes via l’emprise du système libéralo-capitaliste (SLC) mise en place en France dès 1983. Il n’y a plus que des multinationales dirigées suivant la logique du seul profit à court terme. L’X a perdu le pouvoir au profit de l’énarchie qui se moque tant de l’industrie que du pays. Donc la technocratie hyper centralisatrice de Maqueron ne sert qu’à plier définitivement le pays aux exigences néolibérales du SLC mondialisé. Mais sous les deux malhommes c’est bel et bien le césarisme qui sert de fer de lance de la transformation sociétale capitaliste.
Car les deux individus, si partisans de la modernité et du progrès, ne font que maintenir une conception du pouvoir politique (centralisation, étatisme, répression, fiscalité confiscatoire, répression judiciaire et policière des protestataires, domination de la société tout entière, recherche de la puissance, confiscation de la souveraineté du peuple…) qu’Alain Badiou a magnifiquement qualifiée de « néolithique ». Ce qui veut dire que ce pouvoir extérieur et supérieur à la société n’a pu apparaître qu’avec la 1ère révolution agricole (à la place du nomadisme, de la chasse et de la cueillette où on coopérait, on était solidaire et où le pouvoir était partagé et délibératif dans des sociétés « sans Etat »), la création d’un surplus économique dont le pouvoir pouvait s’emparer afin de financer des châteaux, des armées, de la police et des temples justifiant son origine divine. Avec Maqueron et Badinguet nous restons dans l’âge de pierre, mais avec le 1er on va revenir à la toute-puissance du kapital contre le travail comme sous le second. Vive le progrès car les acquis de 1945 vont disparaître et car on régressera en-dessous de la dyarchie de Vichy.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr