les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

Le Pré-zident Auchan

Classé dans : politique — 03/02/2018 @ 1:07

Le résident à l’Elysée, grand défenseur SLC d’Auchan, de Cora, de Carrefour, Intermarché, de Leclerc, etc. a passé 12 heures au saloon des champs, des bêtes et des produits de terroir. Il a voulu montrer qu’il n’était pas seulement le président des villes et qu’il défendait l’agriculture francouie. Il s’est même servi de son passage prolongé au salon de l’agriculture pour lancer une pique aux cheminots qui eux ont des retraites confortables, précoces et un statut de poule aux œufs d’or. Diviser pour régner, monter les différentes populations du pays les unes contre les autres sont les 2 mamelles de la gouvernance maqueronienne. Il est déjà faux que les paysans n’aient pas de retraite car il y la mutualité sociale agricole (bien faiblichonne, on doit le concéder) et les agriculteurs ont aussi un capital, à savoir leurs terres que la spéculation foncière fait souvent monter. Cela n’enlève rien aux très grandes difficultés du monde agricole dans la concurrence mondiale et la faillite de la PAC.
Celle-ci, qui a ses débuts voulait créer l’auto-suffisance alimentaire de l’UE et défendre son agriculture, a fini par jeter le monde agricole dans la compétition sauvage mondialisée. Elle a encouragé  une agriculture hyper productiviste, ce qui a conduit à des excédents massifs et ingérables compte tenu du maigre budget de l’UE (en gros 1 % du PIB de l’ensemble de ses pays alors que la PAC en bouffe 45 %!). Pour tenter de résoudre le problème, l’UE est passé aux quotas de production, puis des aides à la production et au stockage aux aides personnalisée. Damned, ce fut raté. Alors, notamment avec l’aide précieuse de M. Le Maire (ministre de l’agriculture de Tsarko) à l’ouverture aux marchés mondiaux afin de forcer à la concentration des exploitations en vue de leur rentabilité. Damned, les grandes surfaces et les transformateurs en ont profité pour acheter à l’étranger car, produit par produit, il y a des zones spécialisées et hyper productives et low cost : mouton de Nouvelle Zélande, lait et oeufs de Hollande ou de Belgique, cochonnailles tudesques (via l’emploi de travailleurs détachés des PECOs à 5 euros de l’heure), bœuf de la Pampa, tomates et fraises d’Espagne, haricots verts du Kenya, bananes et ananas signés Chiquita (ex-United Fruit, la boîte qui a comploté avec la CIA contre Allende), cerises du Chili et fruits ou légumes exotiques ou hors saison parcourant des milliers de km, etc. Pour lutter contre cette concurrence, les agriculteurs se lancèrent dans les approvisionnements à bas prix (soja OGM argentin ou maïs US), les fermes industrielles, les pesticides, fongicides, insecticides, les produits anti-abeilles comme le Régent, l’engraissement aux hormones, les soins des animaux entassés sur caillebotis aux antibiotiques, l’usage de farines animales qui ont donné l’ESB, la viande de cheval de réforme de Roumanie, etc. On s’est ainsi trouvé dans une course perpétuelle au moins-disant suivant les canons de la logique du SLC. Naturellement, Maqueron n’a pas parlé de ce système dont il est un ardent propagandiste. Le but, à peine caché, est de faire baisser les prix afin de maintenir le pouvoir d’achat des consommateurs ; ce qui est visiblement faux car ce qui augmente le plus, ce sont les profits parce que les marges augmentent bien plus que les prix devraient diminuer. Ce qui ne baisse pas, ce sont les émissions de CO2
Maqueron a promis de défendre notre agriculture mais « en même temps » il accepte le CETA (sans avoir cnsulté notre parlement) avec le Canada (mis en place par l’UE avant consultation des parlements des 27 pays de l’Europe et il acceptera le Mercosur, traités commerciaux qui laisseront la porte ouverte au bœuf aux hormones de croissance, aux OGM qui arriveront en masse en Europe (90 000 tonnes de viande de bœuf avec le Mercosur). Maqueron dit qu’il s’y opposera ; faux car il ne le pourra pas : tout produit importé par la Pologne ou autre et transformé verra sa double qualité de nourri aux OGM et hormoné disparaître. En effet, l’UE ne dispose pas de normes communes sur la traçabilité des produits et interdit qu’un produit d’un des pays ne puisse ailler partout ailleurs. De façon générale, le SLC est justement fondé sur cette disparité des normes en tout genre ; les françaises étant les plus sévères désavantagent notre agriculture qui est ainsi sans protection. L’interdiction du glyphosate sous 3 ans en France alors que l’UE a fixé 5 ans sera une catastrophe si on ne dispose pas d’un produit de substitution.
Maqueron en pince pour les AOP ; pur mensonge car son gouvernement vient de les réviser en leur autant la majeure partie de leur intérêt afin de permettre à Lactalis, Danone, Yoplait, etc. de produire du faux AOP sans limites avec, par exemple, du lait pasteurisé des pisseuses prim’Holstein bataves. On verra bientôt (c’est déjà largement réalisé) 2 types de produits dans les supermarché : du luxe chez Fauchon et de la boustifaille d’espèce teutonne et low cost. Il y faudrait un AOP de chez AOP créé par les vrais producteurs de produits authentiques et de qualité contre les règles étatiques. Lesquelles servent avant tout à permettre aux Lactalis d’exporter sous une étiquette de qualité des produits autrefois renommés mais frelatés. Maqueron est pour développer l’agriculture bio ; ce qu’il na pas dit, c’est que les aides avaient été ratiboisées pour 2018 pour cause de budget à fermer sous les 3 % de déficit.
La France avait pris des engagements pour réduire l’utilisation de pesticides ; c’est manqué faute de dispositions ad hoc et de contrôles. La France n’a toujours pas réglé le problème des algues vertes dues au lsiier de porcs et aux nitrates en Bretagne. ET pour cause, il n’y a eu aucune mesure sérieuse et au contraire la création de porcheries industrielles a été favorisée bien que l’UE nous menace de sanctions depuis des années. Maqueron a profité d’une injonction européenne pour la révision des zones agricoles défavorisées (il y a une subvention) pour faire de la dentelle défavorables à maintes régions. La réforme des prix issue des « états généraux de l’alimentation » est une plaisanterie en faveur des hypermarchés et des transformateurs et ne lutte en rien contre la logique des importations moins-disantes. Il faut aussi reconnaître que la FNSEA continue de les aider et d’inspirer le gouvernement pour une agriculture productiviste et exportatrice en faveur des grandes exploitations contre les éleveurs et les producteurs laitiers.
Il y a quand même une partie des activités rurales que Maqueron soigne gentiment : ce sont les chasseurs. Merci M. Hulot . Chers agriculteurs, soyez prudents : radio Maqueron ment, Radio Maqueron est allemand.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr