les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

A la mémoire du lieutenant-colonel Beltrame

Classé dans : politique — 03/27/2018 @ 10:48

Cet homme vient de sacrifier sa vie pour sauver celle d’une humble caissière de supermarché. Cela illustre les qualités ou vertus en voie de disparition de la vraie république : solidarité, respect du prochain, éminente valeur de chaque autre personne, altruisme, don de soi à ce qui transcende, esprit de sacrifice pour la collectivité… Cet homme hors du commun était un chrétien, ce qui traduit en langage SLC veut dire crétin. Car son sacrifice désigne en creux tous les vices du néolibéralisme qui anime le SLC et conduit les décisions et les actes du nouveau résident à l’Elysée.
Ce dernier sauve sur l’occasion comme les paras à Kolwezy sous Fiscard Déteint : hommage national et, bien évidemment, auto-pub et communication à la gloire d’icelui. Vive les allocutions familiales. Comme disait un des grands moralistes français du 17ème siècle : l’hypocrisie est l’hommage que le vice rend à la vertu. Car la mort héroïque de Beltrame n’est pas due au hasard mais aux palinodies, mensonges, dissimulations et ronds de jambe des politicards depuis des lustres.
Cela fait déjà longtemps que lesdits politicards de toute obédience ont laissé s’installer en France des Imams et mosquées radicales, dont salafistes, payés par des potentats ou kleptocraties arabes (notamment notre cher client qu’est l’Arabie saoudite) auxquels on vend nos belles armes, celles-là même qui finissent souvent dans les pattes des mouvements tels Daech. Cela fait longtemps qu’on a laissé se développer le communautarisme sous prétexte de diversité, de respect des croyances de tous, de communautarisme électoraliste, d’anti-islamophobie. Des entrepreneurs de religion ont ainsi pu s’installer dans les cités en échangeant la défense de leur coreligionnaires et leur vote contre des « arrangements raisonnables ». La laïcité, qui est, à la fois comme dirait l’autre, la neutralité du droit et de la politique vis-à-vis des conceptions du monde et le droit à la croyance de son choix pour chacun a été transformée en relativisme absolu, ce qui veut dire que toutes les croyances se valent et doivent être admises comme égales et ce qui s’est accompagné d’un abandon des valeurs politiques universelles et transcendant les différences culturelles et sociales devant réunir les citoyens, quelles que soient leur ethnie, leur religion, leur position sociale. Il n’y a plus rien pour « faire société » et pacifier le champ politique ; on est allé, comme dans le monde anglo-saxon, vers la juxtaposition de communautés qui peuvent se regarder en chiens de faïence. On a aussi laissé s’étendre les inégalités et la pauvreté, les « territoires perdus de la république », la précarité, le regroupement dans des ghettos ; c’est facile, il suffit de laisser jouer le SLC et la loi du marché, l’individualisme, l’égoïsme, la compétition contre le collectif, le social, la coopération. On a aussi rabattu les croyances sur les pratiques et la culture et vice versa : de façon que ne pas admettre certaines pratiques tout à fait contraire à nos mœurs et à nos libertés individuelles a été proscrit au nom de l’anti-islamophobie. Certes, on doit accepter toutes les religions mais cela ne peut aller jusqu’aux pratiques néfastes et aux cultures envahissant l’espace public et contraires à l’ordre politico-social du pays. on a construit des statistiques pour cacher la chose; par exemple le calcul des mariages mixtes: un Beur français cherchant son épouse en pays étranger, souvent un mariage arrangé, voire forcé, est compté comme mariage mixte! on se gargarise du faible flux annuel (environ 100 000) d’immigrés mais on oublie le flux sur la longue période et le stock: 100 000 pendant 40 ans, cela fait 4 millions plus les enfants…
Par ailleurs, au lieu d’investir dans la surveillance physique de proximité on a tout misé ou presque sur les fichiers en oubliant que l’information n’est pas la réalité mais seulement une de ses représentations possibles! Et on a refusé de voir que la dissimulation était à la base même des pratiques islamistes.
En fait, le pouvoir fait surtout semblant de lutter contre le terrorisme et cela pour plusieurs raisons. Il faut entretenir un climat de peur de façon que les citoyens soient soumis et surtout acceptent les restrictions incessantes des libertés publiques. On peut ainsi sans cesse durcir les lois sécuritaires, la répression de tout et n’importe quoi et renforcer toujours les forces de police afin de pouvoir mâter toute contestation. Et on signe n’importe quelle loi dangereuse, par exemple le mandat d’arrêt européen qui permet de poursuivre des opposants politiques en plus des crimes et délits. C’est ainsi que Puigdemont a pu être arrêté en Doryphorie (ce n’est pas un hasard que cela se passe dans ce pays-là); c’est ainsi qu’on a pu monter une opération sans queue ni tête contre le groupe de Tarnac. Cela permet aussi de doper la com. du gouvernement, comme vient de le faire le proctologue Colon, bien nommé ministre de l’intérieur et des perturbations intestines, qui a sans fondement dit que le meurtrier du héros Beltrame n’était pas fiché S! Au passage, Maqueron a pu faire oublier qu’au sommet des chefs d’Etat de l’UE à Bruxelles aucune de ses propositions d’évolution de l’Europe n’a avancé d’un pouce.
Si l’UE continue comme Maqueron de faire dans le SLC, les forces nationalistes et de droite extrême vont continuer de progresser et peut être même de prendre le pouvoir; alors elles n’auront qu’à se servir des lois répressives et des forces de police que les soi-disant démocrates ont mis en place! Tout sera perdu, même l’honneur qui est déjà en perdition.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr