les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

Maqueron continue son Barnum césariste

Classé dans : politique — 04/15/2018 @ 10:07

Hier, dans une petite école rurale au fin fond de la Normandie, avec Pernaut comme interviewer dynamique et offensif (c’est ironique, natürlich), Maqueron a justifié sa politique les yeux dans les yeux avec les retraités et les épouses au foyer, seuls à même de profiter de son allocution familiale. Le sire-zident est resté droit dans ses bottes dans une sorte de monologue que Pernaut a eu bien du mal à interrompre. Après les prestations de Maqueron devant une sorte de consistoire de cathos, on peut écrire, comme le Canard Enchaîné, 1 dose de Pernaut pour 5 d’eau bénite. Cela me rappelle un de mes blagues à EDF/GDF : les chefs DRH avaient fait pondre un bréviaire sur le « dialogue individuel » entre un petit chef et son subordonné. J’ai demandé ce que c’était : un monologue, un soliloque ? Eh bien, c’est ce qu’on a eu hier à 13 h.
On apprend aujourd’hui que Maqueron va mettre le turbo pour relancer l’intéressement et la participation dans les PME. Il n’y a rien de plus néfaste en matière de logique SLC; les salariés s’en trouvent intégrés dans le système, cela introduit des inégalités entre les boîtes (notamment les filiales de multinationales qui sont asséchées par leur holding et ne font donc pas de bénéfices), cela remplace des rémunérations fixées par des aléatoires.
Maqueron continue de tout casser à toute vitesse et cela pour asseoir sans partage son pouvoir. La Belle-ou-Bête, ministre des sots, casse la justice: plus de tribunaux d’instance, plus de jury populaire en Cour d’Assises sauf pour les crimes les plus graves (? qui en jugera?), et laminage programmé des tribunaux de prud’hommes. Parallèlement, Maqueron entend, avec sa réforme constitutionnelle, aplatir les droits du parlement relatifs aux débats sur les propositions ou projets de loi (raccourcissement des délais de navette entre assemblée et sénat, droit d’amendement réduite après passage en commission ad hoc, voire même droit d’amendement en fonction du nombre de sièges). Le déjà bien maigre15 % d’élus à la proportionnelle peut être fichu en l’air par le vieux et classique tripatouillage des circonscriptions. En “même temps”, Ferrand, soupçonné d’être un ripou, rappelle à l’ordre les membres de LREM qui renâclent devant la loi asile et immigration du sieur Côlon, le proctologue de service chargé de remplir les culs de basse-fosse de la ripoublique à grands coups de lois scélérates et de répression. Par exemple, action musclée sur la ZAD de NDDL sans prendre de précautions vis-à-vis des occupants ayant un vrai projet agricole bien que vivant sur des terres expropriées par les gouvernements.
Maqueron se cherche des alliés partout car sa base électorale est bien maigrichonne (15 % des électeurs inscrits). Il fait des risettes aux chasseurs à la barbe de la Hulotte qui ulule les mantras écolos sans beaucoup agir et surtout à la Catho dont le lien avec la république aurait été rompu. Maqueron devra ensuite traiter toutes les religions de la même façon car il a demandé à ladite catho de s’engager en politique, ce qui, cela dit au passage, percute le libéralisme qui veut la neutralité de l’Etat vis-à-vis de toute conception du monde. Ainsi, Maqueron encourage la compétition entre religions pour influencer les choix du pouvoir politique; cela ne peut conduire qu’au renforcement du communautarisme et à des guerres de religion! Mais la France vaut bien une messe, isnt-it? L’imperator maqueron lance tout seul une attaque contre le régime d’El Hassad en Syrie. C’est super pour un type qui n’a pas fait de service militaire. Et, après, on fait quoi? Quelle est la politique vis-à-vis du monde arabe et de son clivage entre chiites et sunnites?
Rappelons que Maqueron s’applique à rabaisser au maximum tous les corps intermédiaires (syndicats, collectivités locales, organes de partenariat entre patrons et représentants syndicaux, services publics) susceptibles de représenter les Francouis. Il finira tout seul dans son bureau, accompagné de sa garde rapprochée. Il devrait quand même se rappeler quelques leçons de l’histoire: tout pouvoir éloigné du peuple, monopolisé par les amis du prince, coupé du “pays réel” finit à la poubelle, voire même raccourci. Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse… Le pouvoir, ce n’est pas la communication, c’est la décision et l’action en faveur du bien commun pour tous. Maqueron croit le servir par le biais de la croissance économique. Las, l’écologie n’est compatible qu’avec un développement qualitatif et pas avec une économie quantitative. Las, la croissance, leitmotiv des pouvoirs établis, car elle permettrait de grossir la part de chacun sans toucher aux règles de répartition de ses fruits, ne “ruisselle” pas du tout sur les 99 % des classes sociales impliquées. Il suffit de lire les résultats actuels de 30 ans de libéralisme échevelé et les approts d’économistes critiques quoique libéraux pour le voir. Maqueron veut appliquer à la France une recette SLC qui est déjà démonétisée. Quelle modernité et quel sens de l’anticipation.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr