les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

Dernières nouvelles du front maqueronien

Classé dans : politique — 04/29/2018 @ 11:21

Blanquer, le prince de la patinoire à mouche, a craché son venin pour dire aux enseignants comment enseigner ; on se croirait revenu à Jules ferry ! L’ex-prof de droit, droit dans ses bottes, leur dit ce qu’il faut faire avec sa non-expérience dans le primaire. Pourtant, il devrait réviser lui-même sa maîtrise de la langue ; ne nous dit-il pas « la liberté pédagogique n’est pas l’anarchisme ». Objection, cher Maître de petite classe langagière, la liberté est un état ou une qualité et l’anarchisme une doctrine. Donc, en bon français, on ne saurait les mettre sur le même plan. Une formulation correcte est : la liberté pédagogique n’est pas l’anarchie. Voilà ce qui se passe quand on est rompu au franglais : on perd la grammaire, la syntaxe, le lexique et tout ce qui fait la qualité du français : sa clarté, sa précision, sa netteté, chose saluée dans les organismes internationaux car dans un débat d’interprétation de textes onusiens, c’est la version française qui fait foi. Il est vrai que le maître du maître, à savoir, Maqueron, s’exprime de préférence en anglais (au Capitole, à l’université de Washington DC) qui est, naturellement la « lingua franca » du SLC.
Le brave J-L Borloo vient de rendre son rapport sur les banlieues en déshérence étatique et économique. Il y fait une bonne analyse de la situation d’environ 1500 zones périphériques et abandonnées regroupant 6 millions d’habitants. Le père de l’ex-rénovation urbaine (ANRU, 45 milliards en 15 ans) fait en quelque sorte son mea culpa ; il a compris que reconstruire, rénover, ripoliner les bâtiments à coups de milliards ne servaient pas à grand chose. Il propose donc une politique enfin systémique, transversale, transdisciplinaire dans laquelle tous les leviers possibles et concernés doivent être actionnés « en même temps » : éducation-formation, activités sportives et culturelles, implantation des services publics, transports, création d’une élite locale et représentative, apprentissage dans les boîtes ainsi mises à contribution, création de commerces de proximité pour l’emploi et le développement des compétences et, naturellement, rénovation immobilière… Coût estimé par JLB : 48 milliards sur 5 ans. O pauvre homme de bonne volonté ton plan Marshall finira dans un tiroir pour plusieurs raisons : 1) Maqueron n’a plus de sous car il en a trop donnés aux très riches, aux patrons et car il ne peut plus ponctionner seulement la classe moyenne aisée (dont les retraités même pas si aisés) au profit des actifs ; 2) surtout, il est contradictoire dans les termes de faire une politique d’Etat providence et de répartition dans un système SLC qui repose sur la concurrence et le creusement des inégalités, la précarité et le chômedu; 3) la ripoublique SLC a besoin d’un abcès de fixation pour justifier la démarche sécuritaire, policière, répressive afin de faire pièce à la droite et au FN; on peut se contenter de tolérer les trafics qui apportent du pognon et les incivilités; 4) il ne faut pas trop aider les banlieues car alors il faudrait aussi un plan de secours aux zones rurales et rurbaines; 5) aider les banlieues, c’est ennuyer les communautarismes qui font leur beurre avec la charité compensatrice, c’est enlever leur clientèle aux « entrepreneurs de religion », c’est encourager la charité privée contre la menace politique de la solidarité anti individualisme SLC.
A l’international, notre chevalier blanc n’a rien obtenu de Trump malgré force câlins et démonstrations tactiles d’amitié. Il a même concédé que le traité nucléaire avec l’Iran était à revoir. Son intervention au parlement européen a fait flop car aucun groupe politique n’y envisage de s’associer avec LREM. Au conseil européen, ses idées de budget et de premier ministre pour la zone euro et d’union bancaire (ça c’était déjà fait!) n’ont pas de supporter, chacun ne défendant que ses intérêts dans la concurrence sauvage d’une UE réduite à la compétition économique.
On a encore eu un exemple de la stratégie de la pieuvre menée par Maqueron: le congé personnel de formation, transformé en quantité d’euros (500 par an avec un maximum de 5 000) à la place de 150 heures supposait pour les droits acquis une conversion d’heures en fric; le taux adopté fait diviser par deux (2600 environ au lieu de 5 000). C’est à ces détails qu’on voit le machiavélisme du malhomme.
Mais il est en train de gagner sa guerre contre les syndicats et le personnel à la SNCF. Ce sera une victoire à la Pyrrhus car il y aura beaucoup de ressentiments qui ne faciliteront pas du tout la mise en place du projet de libéralisation et de saucissonnage de la SNCF et car tout va se raidir dans la fonction publique qui est la cible à plus long terme de Maqueron. Parallèlement, le chômage catégorie A n’a reculé que de 1 % en un trimestre; mais les catégories à temps partiel, B et C, ont augmenté respectivement de 1,8 et 1,4 %. Ce qui préfigure ce que j’ai déjà dit: Maqueron va faire baisser le chômage tout en faisant monter la précarité, le temps partiel et l’intérim, donc la pauvreté travailleuse. Par ailleurs, le chômage de longue durée a sensiblement augmenté…
Maqueron comptait financer de nouveaux cadeaux aux riches et des modérations des charges sur les moins aisés grâce à la croissance et au « ruissellement »; cela se présente mal car au 1er trimestre la croissance (celle qui en augmentant la taille du gâteau accroît la portion de chacun sans toucher à sa répartition et augmente les recettes fiscales notamment de TVA et d’IRPP) n’a été que de 0,3 % avec un très notable abaissement des investissements des entreprises, lesquelles devaient investir grâce aux cadeaux fiscaux. L’échec de la politique libérale suivie par le malhomme commence à se profiler. Las, qu’en sera-t-il dans 4 ans? Je prédis un bide monumental. Rappelons que nous ne sommes pas du tout à l’abri d’un nouveau krach vu que la finance se porte comme un charme et continue de spéculer (le malhomme devant Plenel et Bourdin a même quasiment justifié l’optimisation fiscale, autorisée à la différence de la fraude) et que, surtout, nous entrons dans une compétition économique de plus en plus féroce via les protectionnismes qui se développent, notamment aux USA.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr