les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

De la modernité de Maqueron 1er

Classé dans : politique — 05/08/2018 @ 10:16

La grande astuce du zident est de faire passer pour de la modernité-et évidemment de prier tout le monde à évoluer vers celle-ci, de vieilles idées, doctrines, conceptions, pratiques qui, en réalité, sont largement réactionnaires et obsolètes.
Son idéologie pro SLC remonte au 19 ème siècle, celui du capitalisme triomphant sans droit social, sans syndicats, sans règles, sans protection sociale. A quoi s’est ajouté son ordo-libéralisme emprunté aux tudesques, à savoir, le gouvernement par les règles votées par un parlement apparemment légitime parce qu’élu soi-disant démocratiquement. Cela date des années 1938 et a été mis en place en Doryphorie dès les années 1945 puis sous forme de « démocratie sociale de marché » mise en place par Ehrard (humanum est) sous la momie Adenauer. Sa conception du « ruissellement » de la fortune des riches vers les pauvres et l’emploi remonte aux élucubrations de Friedman, pape de l’Ecole de Chicago et inspirateur de Pinochet. Les économistes modernes ont déjà montré que c’était du flan car le fric détaxé des riches va surtout vers les dividendes, les paradis fiscaux, la consommation de luxe (yachts, propriétés…), les placements à l’étranger. L’idée, qui remonte à Ricardo, que le libre-échange profite à tout le monde a été controuvée par l’accroissement continu des inégalités et les pratiques protectionnistes que les USA, notamment, ont toujours eues. En réalité la concurrence conduit tout droit aux concentrations et aux oligopoles, à la hausse des marges, à la disparition des moins compétitifs, à la victoire des plus voraces et agressifs et rusés. En fait, ces conceptions économiques ont assuré « la lutte de tous contre tous » et amené la guerre économique, qui, tôt ou tard, peut déboucher sur la guerre tout court. C’est ce que l’on voit aisément dans l’UE où par différentes ruses de passager clandestin, la Schleuie (je parle de ses dirigeants) a gagné son emprise économique sur toute l’Europe.
En philosophie, sa doctrine est une réapparition de l’utilitarisme à la Bentham (améliorer le sort du plus grand nombre, mais via le « ‘ruissellement ») mâtiné d’efficacité. Naturellement, on ne parle plus de justice puisque le bonheur du plus grand nombre suppose qu’il y ait des sacrifiés. En outre, depuis son accession au trône, ce qu’on a vu pratiquement c’est la détaxation des riches et des boîtes bien plus que le pouvoir d’achat des moins favorisés. C’est aussi un maintien de l’individualisme pur et dur au nom d’une philosophie du sujet et de la conscience puisée chez le spiritualiste Ricoeur. rien naturellement, sur le collectif, le groupal et les structures sociales. Et le culte de Mammon ne date pas d’aujourd’hui.
En matière politique, sa façon de gouverner et d’exercer le pouvoir remonte au néolithique, époque où celui qui avait la plus grosse massue (d’où la fuite de Charlot à Baden Baden) dirigeait. Ce fut aménagé par le machiavélisme, c’est-à-dire l’adjonction de la ruse à la force. Maqueron a mélangé le césarisme, le jacobinisme, le monarchisme, le napoléonisme et la technocratie dans un ensemble ancestral et instable à base de pouvoir descendant, d’une garde rapprochée et prétorienne, d’une hiérarchie aux ordres chargée d’appliquer les consignes et d’atteindre les objectifs. Les récalcitrants seront virés ou placardisés. En outre, l’information et la communication sont étroitement contrôlées en « même temps » que les journaux « people » publient les belles images de l’empereur et de la douairière Trogneux gneu gneu. le résident à l’Elysée concentre et centralise tous les pouvoirs et pense qu’il peut tout diriger à partir de son bureau lambrissé et doré. Il a mis des espions dans le cabinet de ses ministre et évalue ces derniers comme un dirigeant d’entreprise. il s’applique à limiter, voire éliminer, tous les corps intermédiaires et les contre-pouvoirs afin de régner sans partage comme Louis XIV ou Napoléon le petit.
Il ne recule pas devant les combines ancestrales, tel le redécoupage des circonscriptions électorales après la future diminution du nombre de sièges au parlement. On a appris qu’un de ses prestataires pendant sa campagne électorale avait peut-être sous-facturé ses services (ce qui est tout à fait interdit et déloyal vis-à-vis des concurrents et du chiffrage du coût de celle-ci), ce qui a l’air de s’être traduit par le placement de copains de cette boîte. on commence à savoir que le zident avait bel et bien trempé dans la vente d’Alstom à GE, ce qui a fait faire de bonnes affaires à Bouygues et à Rotschild au détriment de l’indépendance énergétique du pays…Tout cela n’est pas si moderne et cela se redouble de sa gérontophilie vis-à-vis des femmes: il y a de nombreuses femmes déjà âgées et pas des mannequins même chez les sénioritas de son gouvernement. Et, quand le malhomme est mal vu en France, il fait comme les ex: se précipiter à l’étranger et jouer les Malborough qui vont en guerre…

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr