les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

Pour contrer l’Europe germanisée

Classé dans : politique — 06/03/2018 @ 11:17

Les péripéties italiennes viennent de montre à quel point l’UE est normalisée, standardisée, formatée par le SLC et le kapital ; monopolisée par la technocratie bruxelloise (ou bruxellose), soumise aux diktats austéritaires et teutons. Les « populistes » italiens, vainqueurs des élections et ayant réussi à s’entendre pour former un gouvernement, ont été vertement rappelés à l’ordre par le commissaire tudesque OETTINGER qui leur a signifié que les marchés financiers les contraindraient à rentrer dans le rang. Le président italien a refusé le 1er gouvernement au prétexte que son ministre de l’économie était un virulent anti euro ; parallèlement, le fait que ce gouvernement montre plusieurs ministres crypto-fascistes n’avait pour lui rien de choquant. Le président Mozarella (au lait de vache et non de buflonne) ne voyait que l’attaque possible contre la zone euro et a voulu défendre celle-ci en bon petit soldat du consensus politicard de l’UE pour le gouvernement par les règles ordolibérales, c’est-à-dire d’inspiration doryphorienne. Ce n’est pas la première fois que le vote d’Européens est mis dans les choux par Bruxelles. Rappelons-nous le TCE en 2005. Et vive la prétendue démocratie! Le prétendant ministre rejeté par Mozarella était pourtant un économiste très orthodoxe et SLC mais il rejetait l’euro et disait que l’UE était sous domination tudesque. Ceux qui me lisent savent que c’est totalement vrai, notamment parce que die Grosse Angela, dont Maqueron bise la Krupp à d’Essen, a phagocyté avec ses commissaires et autres pions l’ensemble du système bruxellois. L’ordo-libéralisme schleu a installé un étau en Europe, dont les 2 mâchoires sont la concurrence libre et non faussée über alles et les règles teutonnes régissant l’euro. Evidemment, cela ne s’est fait que par la suite des multiples abandons de souveraineté des autres gouvernements. L’Allemagne règne avec ses alliés, à savoir les pays luthériens d’Europe du Nord et les PECOs. Elle n’entend aucunement, contrairement aux initiatives en Trump-l’oeil de Maqueron, abandonner sa position dominante qui lui assure tant de succès. Mes lecteurs savent aussi que cette Europe-là est devenu une cohue de pays nationalistes ne défendant que leurs intérêts particuliers et que la paix promise en 1957 est devenue une guerre économique dont seule la Doryphérie sort gagnante. La puissance de la mafia SLC qui domine l’Europe interdit tout affrontement direct comme l’a montré le cas de la Grèce. Mais un gouvernement soucieux de la prospérité du peuple qu’il gouverne sous son contrôle peut faire bien des choses pour obtenir une réorientation de l’UE.
* pratiquer la politique de la chaise vide comme le fit Charlot (qui pourtant n’en était pas un) tant qu’il n’y a pas de changement; réactiver les accords de Paris de 1963 qui donnait un droit de veto à tout pays dont les intérêts vitaux seraient menacés, par exemple aujourd’hui la PAC réduite de 12 %. Je rappelle que ces accords sont tombés en désuétude par suite des manquements des gouvernements francaouis dès 1983. Notamment, on a laissé dès 1964 la cour de justice européenne faire dans sa jurisprudence des directives de Bruxelles du droit supérieur au droit national! Rappelons que ce sont les socialos francaouis qui ont poussé à l’acte unique, à Maastricht, à l’euro allemand afin de faire jouer la contrainte extérieure hyper libérale contre le pasy et ses peuples.
* aider à créer une fédération des pays d’Europe du Sud, disposant d’une banque commune d’investissement, chargée des investissements structurels ou d’avenir et de lisser les déséquilibres structurels entre pays par des aides ad hoc, et d’une monnaie commune, l’eurosud, gérée par la Banque des Peuples du Sud, banque mutualiste imitée de la Banque du Peuple de Proudhon, banque faisant des avances aux gouvernements. Les Banques privées sont, elles, fédérées dans une vraie Union Bancaire. La Banque des Peuples du Sud met au point un système d’aides mutuelles aux pays en difficulté. La fédération interdira tout commerce avec la Vert-de-Grisie tant qu’elle n’aura pas payé au moins un tiers de ses exactions, vols, prédations, destructions, meurtres. Par exemple, la France a dû payer 400 millions de francs par jour (vous avez bien lu) au Reich comme « indemnité d’occupation » ensuite portée à 500 et n’a jamais été remboursée. Ou certains Grecs estiment à 185 milliards le montant des dettes teutonnes à son égard. Par ailleurs, la Fritzie n’a payé que la moitié des prêts à elle consentie après la guerre de 14/18, emprunts faits pour payer les réparations de guerre. Il faut dire que les USA ont poussé sans arrêt pour ces abandons de créance et ont toujours favorisé leur tête-de-pont hyper libérale en Europe. En outre, rien na été indemnisé (sauf les victimes juives réfugiées en Israël) après 39/45.
* revenir à l’esprit de la conférence neutraliste de Bandoeng de 1955 pour créer un vaste espace de neutralité et d’indépendance par rapport aux puissances dominatrices (USA, Tudesquie, Russie, Chine). La France donne son droit de veto à l’ONU à l’union des pays neutres ainsi constituée et les fédère sous son aile militaire. L’union ne doit compter que des démocraties universalistes et internationalistes (par exemple la Tunisie mais pas la kleptocratie algérienne, la théocratie iranienne, la dictature islamique turque, etc.).
*se mobiliser à l’ONU pour développer l’internationalisme (et non le multilatéralisme à la Maqueron) et ressusciter les 1ers accords comme celui de Philadelphie pour le travail (1948).
Pour ce qui est de la seule France, j’ai déjà proposé de multiples réformes contrant le SLC sans sortir de l’UE qu’il ne faut pas détruire mais réorienter vers la solidarité et le social pour tous les pays d’Europe.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr