les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

La Confédération Française Des Traitres (CFDT)

Classé dans : politique — 07/03/2018 @ 9:13

La CFDT est née en 1964 d’une scission au sein de la CFTC, le syndicat des calotins. Il s’agissait de rompre avec l’étiquette confessionnelle et de se lancer dans une gauche réformiste et autogestionnaire bien illustrée par Edmond Maire. Une fois terminés les enthousiasmes de mai 68, la confédération ne mit pas longtemps à verser dans la collaboration avec le pouvoir, sinon le patronat. Elle devint rapidement « une filière d’excellence » pour recaser avec grand profit personnel (de pouvoir et d’influence) ses dirigeants les plus méritants ; entendez ceux qui avaient facilité les « réformes » et avancées sociales concoctées par les différents pouvoirs pour adapter le pays à la politique néolibérale de l’UE et des « élites » francaouies. Je ne peux pas citer tout le monde mais « ça a eu payé » dans le cadre d’une cogestion informelle entre la centrale (devenue une maison d’arrêt pour ce qui est du social). Beaucoup ont essayé d’aider le pouvoir et ils n’ont pas eu de problèmes. Donnons quelques exemples de carrière illustrant le transformisme cédétiste.
Mme Nicole Notat n’a pas eu à se plaindre de son réformisme de fer et de sa mise au pas des fédérations récalcitrantes. Elle a pu créer sa propre boîte, VIGEO, en surfant sur les avancées des aspirations écologistes. Cette entreprise, destinée à verdir et à socialiser les entreprises au nom de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE), a été portée sur les fonts baptismaux par de grosses boîtes qui avaient apprécié son travail de syndicaliste néolibérale. VIGEO a suivi le modèle des agences de notation US : être à la fois consultant pour les boîtes, intervenant-conseil et appréciateur-notateur de leurs performances ; elle y a ajouté la collecte d’aides substantielles, en plus des commandes d’audit, d’aides desdites boîtes. Félicitations pour l’annulation de tous les conflits d’intérêt… Vigéo a bien survécu aux alternances politicardes ; Mme Notat est toujours en état de grâce et on susurre que le pouvoir pourrait la proposer pour un bon poste à l’OIT.
Nombre de bifteckards ont profité de leur adhésion à la CFDT pour faire carrière. C’est le cas à EDF du couple Daurès ; M., simple ingénieur des Ponts et Chaussées, est devenu DRH (ex-DPRS, direction du personnel et des relations sociales d’EDF et de GDF) puis DG d’EDF (poste normalement réservé à un X-Ponts ou à un grand matheux comme Massé ou Boiteux). On eut un joli duo car l’un était DG et l’autre directrice du service de la formation professionnelle (SFP) ; je n’ai pas eu 20 ans dans les Aurès mais 10 ans sous les Daurès, ce qui n’est guère mieux. On y assista à de grandes avancées vers une gestion « moderne » des « ressources humaines ». Mais, en « même temps », il fallait amenuiser l’hostilité de la CFDT au nucléaire ; mission facilitée par Pierrot qui venait d’une centrale nucléaire. Pierrot voulait devenir président d’EDF : las, le pouvoir a nommé cette crêpe politicarde d’Alphandéry (suivi par d’autres politicards qui ont sabordé la boîte : Ménage, très aux écoutes pour Tonton, le flic Roussely, dit Brousse-Lie). Alors, Pierrot la lavande est allé pantoufler chez Bouygues auquel EDF avait donné tant de contrats de bétonnage dans les centrales nucléaires…
Le pouvoir sait recaser ses amis ; quelques exemples : Jacques Chérèque comme préfet chargé d’organiser la fermeture des mines et de gérer le chômedu dans le Nord et feu son fils François devenu Inspecteur Général des Affaires sociales après son mandat…
Mais mon champion est le sieur (il devint une huile) Bruno Léchevin, le bien-nommé, qui fut secrétaire général du syndicat EDF/GDF de l’énergie (gaz et élec) et lèche-cul patenté des directions néolibérales de ces établissements publics à caractère industriel et commercial (EPIC). B(enito) a commencé à la base comme ouvrier (menuisier, je crois me rappeler, à l’école de Gurcy-Le-Châtel) et a eu une résistible ascension car il était bien ouï de ses ouailles et des directions. Devenu SG du syndicat il a bien travaillé pour normaliser nos 2 EPIC dans le sens de la « concurrence libre et non faussée ». Après services rendus, il a été nommé secrétaire général de la Commission de Régulation de l’Electricité (CRE, devenu Energie ensuite). Entre temps, la direction lui avait offert une formation de sociologue d’entreprise à Sciences.Po ; ces quelques semaines ont été payantes car notre bonhomme a ensuite excipé d’être diplômé de Sciences.Po. Puis le bonhomme est allé à l’ADEME, dont il finit président à 400 000 euros par an. Cela paye bien de trahir. Le sieur avait organisé la fusion entre les syndicats de l’énergie (secteur public) et la Chimie (privé) afin de préparer le syndicalisme EDF à la gestion capitaliste. Il avait mis sur pied une AG de syndicalistes EDF/GDF pour l’approuver. J’étais contre, avec mon syndicat des Services centraux et nous montâmes un dossier à distribuer à l’entrée de la salle des débats ; des nervis de Lèche-truc nous chassèrent mais, comme on était aussi congressistes, on a pu mettre le dossier sur les tables d’un magnifique petit déjeuner offert aux congressistes. On a été évidemment battus. Le sieur récidiva lors du congrès de fusion dont il annonça le résultat au Monde avant la fin dudit congrès ; je protestai alors auprès du baveux qui, naturellement, ne fit rien et ne me répondit même pas… C’est beau d’avoir de bons amis dans les médias.
Si la CFDT est un des syndicats les plus consensuels avec les puissants, elle n’est pas la seule à être institutionnalisée, c’est-à-dire de vivre aux crochets de ses mandants. Les moyens utilisés par le pouvoir pour « fluidifier les relations sociales » sont nombreux : sièges au conseil économique et social, nominations dans les « agences » ou « autorités indépendantes » d’Etat ou les inspections (jusqu’au Conseil d’Etat par « le tour extérieur), subventions, commandes de pub à leurs médias, places dans les « organes » paritaires, médailles, raouts officiels… Gardez-moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge… Par exemple, l’excellent M. Le Duigou de la CGT a été nommé à une sinécure bien rémunérée au ministère des finances…

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr