les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

Avanti vers la retraite pas points en 2025!

Classé dans : politique — 10/13/2018 @ 10:44

Le gouvernement vient de dévoiler un soupçon d’info sur son projet de réforme des retraites. Avec la bonne vielle tactique politicarde de l’ancien monde, il en révèlera davantage… après les élections européennes de mars 2019, de façon que les chassepots ne tirent pas avant celles-ci. Cela fleure bon les stratégies de pissotières des urophiles y laissant des mouillettes… Le discours préparatoire st lénifiant: c’est pour l’égalité et la justice contre les énormes disparités actuelles des 42 régimes, dont les spéciaux. Super, mais il faut savoir que chaque fois qu’est dit quelque chose dont on ne peut pas dire le contraire il y a un loup. Par ailleurs Mac-Tron nous a déjà habitué à des jongleries entre l’ordonnance, les lois et les décrets d’application et avec dépôts d’amendements pirates (des « cavaliers législatifs » inspirés à des députés par des lobbys lors des discussions au parlement). Il faudra donc attendre les lois votées pour savoir vraiment à quelle sauce les retraités vont être mangés et cela d’autant plus que le gouvernement entend a minima réformer à budget constant (en réalité à budget minoré). On sait aussi le sens qu’a pris le mot réforme dans notre monde de SLC triomphant et porté par le pouvoir depuis 30 ans. En outre, Mac-Tron nous engage pour 2025 alors qu’il y a de fortes chances qu’il ait disparu d’ici là…
Rappelons qu’un régime universel de retraites par points comporte d’énormes dangers: l’individualisation contre la solidarité, l’incertitude sur le montant de la pension (prestation indéfinie) au moment de la mise en activité, la baisse des prestations et le maintien d’inégalités majeures pour toutes les victimes d’accidents de carrière, du chômage, des contrats courts et revolving, de la pénibilité, de la disparité des salaires en fonction des territoires et des boîtes ou du « genre », de la mort du conjoint, de l’espérance de vie (un ouvrier vit 7 ans de moins qu’un cadre). Là aussi, le pouvoir a prononcé de belles paroles rassurantes, lesquelles seront à vérifier de façon précise car chez Mac-Tron, encore plus qu’avant, le diable se cache dans les détails. C’est pourquoi, comme je suis partisan de l’égalité réelle quoique méfiant, comme ici je me situe dans le courant mainstream (dont je suis un opposant résolu mais je voudrais monter que même dans une optique libérale on peut faire des choses plus justes), je vais faire des propositions correctrices des intentions plus ou moins claires du gouvernement. Le but est de contrer une approche purement comptables des choses, ce qui est la grande spécialité de la technocratie qui nous gouverne. Car la spécialité de ce gouvernement est de transférer les charges entre budgets et entre contribuables ou cotisants; par exemple la baisse des cotisations sociales va reformer tantôt le trou de la Sécu…
1) assurer la prévisibilité du montant des pensions car avec le projet Mac-Tron il est impossible de savoir ce qu’on va toucher avant la liquidation de la retraite. On y est dans l’incertitude totale, ce qui est sans doute le meilleur moyen de pousser les riches à compléter leur retraite par des assurances privées, lesquelles seront investies au profit du kapital privé à financer. Fastoche: il suffit d’associer le point à une valeur monétaire en euros et de revaloriser celle-ci en fonction de l’inflation; au moment de la liquidation, il suffit de totaliser les montants annuels de points acquis. Cette indexation, en outre, permet d’ajuster les pensions au coût de la vie, ce que le gouvernement prévoit in petto d’annuler. Ainsi, on aura à la fois cotisation et prestations définies et calculables ex ante. On aura aussi adaptabilité évolutive au cours du temps au lieu d’être figé sur une totalisation théorique et formelle de points fictifs car non monétarisés.
2) assurer la solidarité collective entre futurs pensionnés, ce qui va à l’encontre du projet Mac-Tron de tout individualiser. Pour ce faire, on crée un fonds de compensation des aléas de la vie (périodes de chômage, maladies, accidents et de la carrière), alimenté par une part des cotisations afin de racheter les points manquants et d’assurer à chacun une retraite similaire à celle de tous. Maintenir aussi les pensions de réversion avec ce fonds. Cela amène « en même temps » une sécurité pour les victimes des aléas. Ce fonds alimentera aussi une pesnion minimale pour tous ceux dont les difficultés ne seront pas traitées par le dispositif de solidarité vu supra.
3) laminer les inégalités. Les points feront l’objet d’une péréquation tenant compte des écarts de salaire à fonction égale (dans une petite boîte de province on gagne bien moins que dans une grosse dans une « métropole; idée simple moduler le point par l’écart au salaire médian de la fonction), des différences d’espérance de vie, de la pénibilité afin que les travailleurs concernés puissent partir plus tôt avec une pension complète, des écarts de salaire femmes/hommes, des très grosses rémunérations dont les points sont à minorer ou à plafonner. Cela permettra donc une égalité bien meilleure que dans le système actuel tout en profitant des avantages d’un système de répartition que, dans les faits, le projet Mac-Tron annule au profit de l’individualisation par capitalisation personnalisée des points.
4) une intention bien mal cachée de Maqueron est d’enlever totalement la gestion des retraites aux partenaires sociaux. Il est donc nécessaire de donner la gestion du système à une instance multipartite indépendante de l’Etat, du pouvoir, des lobbys… Cette instance socialisera la gestion des pensions au lieu de l’étatiser ou de la « nationaliser ». Cela contrera la volonté maquereaunienne de remplacer l’intervention humaine dans le problème des retraites par un ajustement automatique (la liquidation est prévue pour que les pensions versées soient à l’équilibre par rapport aux cotisations; en clair la valeur du point sera ajustée mécaniquement sur cet équilibre). La retraite, c’est comme l’antibiotique, c’est pas automatique, ni comptable!
Evidemment, il serait étonnant que Mac-Tron adopte ces mesures car l’intention est justement de faire baisser les retraites. Cela est mécanique puisque les pensions sont lissées sur toute la carrière au lieu des 6 derniers mois (fonctionnaires) et des 25 meilleurs années (privé). Cela fait un mix qui ne tient pas totalement compte des évolutions de carrière et qui ne peut satisfaire, si j’ose dire, que ceux qui n’en auront aucune. Cela fera un grand écart de niveau de vie pour ceux qui auront eu une belle carrière. L’idée cachée est de les forcer à prendre des assurances privées. Ah, SLC quand tu nous tiens!

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr