les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

L’affaire Mélenchon

Classé dans : politique — 10/20/2018 @ 10:49

Mélenchon a surréagi aux perquises menées chez lui, au siège de la FI, chez des responsables de la FI… Ne nous mélenchons pas les pinceaux et distinguons la forme du fond. Car, après sa sortie spectaculaire, médiatique et communicationnelle, Mélanchthon a fait l’objet d’un raz de marée dans les médias qui ont hurlé haro sur le baudet partout, en groupe et à qui mieux mieux au non-respect des institutions. Certes, je n’aime guère Mélenchon qui est un diplodocus de la politique et un exemple manifeste de ce que j’appelle le pouvoir néolithique, celui qui est vertical, descendant, monopolisé et doté de la plus grosse Massu. Les ex-trotskards ne se refont pas et sa conversion à l’opposition est récente; il a bien profité, tel le francisquain Tonton, des institutions de la Vème Ripoublique et ce n’est certes pas un perdreau de l’année. Il n’empêche: avant de critiquer quelqu’un qui s’en prend auxdites institutions, même vertement et outrageusement, il faudrait commencer par se demander si elles sont légitimes et respectables. Or elles ne le sont pas:
* un système électoral pour lequel les élus le sont avec 15 % des inscrits et disposent pourtant d’une majorité absolue n’est pas respectable car il n’est pas représentatif. Ce qui est redoublé par le fait que cette majorité est essentiellement constituée de partisans du SLC, cultivés et bien placés socialement alors que le petit peuple (ouvriers et employés, soit plus de 50 % de la population) n’est quasiment pas présent à la chambre des députés. Ce qui permet de rappeler que Mac-Tron n’a été élu que par suite de l’épouvantail FN monté en épingle, notamment par les médias, et de la disparition en flammes de Fripouillon dénoncé à partir de sources mystérieuses où il faut peut être voir la main des groupes médiatiques possédés par les copains de Maqueron.
* une pratique qui consiste à détourner la loi ou/et à ne pas l’appliquer n’est pas reluisante et truque l’exercice de la démocratie; les lois sont travesties par les décrets d’application et les arrêtés préfectoraux; de plus leur application est de moins en moins contrôlée par des services de l’Etat amenuisés et souvent priés par le pouvoir de ne pas intervenir (exemples les « travailleurs détachés montés à plus de 500 000 en France, contrôles sanitaires remis à la bonne foi des entreprises comme Lactalis, trucage des appellations protégées, briquets explosifs en provenance de Chine, enfants sans mains ou bras près de Lyon…)
* un régime politique où la presse et les médias ne sont pas indépendants des puissances d’argent, où la technocratie décide de tout, tant en préparant les dossiers, qu’en faisant les règles d’application des lois, où les lobbys ont leur rond de serviette jusqu’au plus haut niveau de l’Etat (et trouvent des députés pour défendre leurs « cavaliers législatifs), où le pouvoir est détenu par un groupuscule de féaux et de copains du chef de l’Etat n’est pas légitime. C’est comme pour la politique; tout est de plus en plus régi par l’argent vu que les campagnes électorales coûtent « un pognon de dingue ».
* une situation où les corps intermédiaires, les collectivités locales, les confédérations syndicales sont méprisés et laminés, où les structures socialisées sont en passe de passer sous l’emprise étatique (Sécu, chômage, FPC, HLM…) n’est pas acceptable.
* un Etat où la Justice n’est qu’une autorité, où les magistrats du parquet sont amenés à le cirer parce qu’ils sont nommés par le pouvoir et en dépendent, où l’Etat se juge lui-même dans sa justice ad hoc (tribunaux administratifs constitués de juges-fonctionnaires nommés par le pouvoir) n’est pas légitime. C’est ce qui explique tant de situations de deux poids deux mesures; exemples. Fillon a eu droit à des, par les perquises ordonnées par un juge d’instruction (du siège, donc presqu’indépendant mais faisant gaffe à son avancement) alors que Mélanchthon est poursuivi dans le cadre d »une enquête préliminaire menée par le seul Proc de la Ripoublique, enquête discrétionnaire et sans communication des pièces aux avocats du poursuivi. rappelons qu’un Proc avait commencé par un non-lieu pour Ferrand qui avait tripatouillé au profit de sa compagne. Rappelons que LREM, qui a bénéficié d’une sous-facturation pour des meetings via une société copine de Côlon à Lyon, n’est toujours pas poursuivie, etc. On observe aussi que l’on cherche des poux dans la tête de LFI pour des sommes ridicules eu égard au montant total des dépenses de campagne, soit plus de 10 millions. On constate de plus en plus que les magistrats appliquent formellement un code (auquel cas on pourrait les remplacer par un ordinateur) au lieu de profiter de leur pouvoir (et de leur devoir) d’interprétation au cas par cas, exemple: la juge qui bêtement a demandé que la Marine soit envoyée devant un psy pour sa publication de meurtres de Daech (c’est la loi pour les abrutis qui envoient du gore sur les réseaux sociaux). S’il n’y a plus d’interprétation des textes, c’est la jurisprudence qui va disparaître en tant qu’une des sources du droit!
* un régime où la télé publique est aux ordres du pouvoir (car c’est lui qui tient les cordons de la bourse et en nomme les dirigeants via le compradore CSA) via un organe bidon dont les membres sont par lui nommés, où les gros médias sont tous dans la pogne de capitalistes amis du SLC et soutiens de Mac-Tron n’est pas convenable.
* un système où les organes statistiques principaux dépendent du pouvoir n’est pas légitime non plus. Car il obéit à l’aphorisme de Churchill: les seules statistiques fiables sont celles que j’ai truquées moi-même. rappelons que statistique vient du doryphore staatisch, relatif à l’Etat…
L’illégitimité du régime se voit de plus en plus à la progression de l’abstentionnisme lors des élections et aux progrès des votes « populistes ». Elle est aussi caractérisée par la disparition des débats et de l’argumentation sur la place publique, par le camouflage de la presse d’opinion, par l’intimidation de la presse d’investigation, par l’envahissement de tous les médias par la publicité. Les politiques font du buzz au lieu de programmes sérieux; de façon que la politique, loin de s’occuper de l’intérêt général, est fondée sur des polémiques absurdes et éphémères. C’est ce qu’a fait Mélanchthon et ce par quoi les partisans de Mac-Tron lui ont répondu en amplifiant le buzz. Au passage, le pouvoir camouflait l’insuccès de son remaniement en forme de village à la Potemkine. Dans ce contexte où l’oligarchie élitiste se coupe de plus en plus des préoccupations des gens du peuple, je parie que Mac-Tron sera le dernier président « normal » et je crains pour la suite. Comme disait Marceau Pivert: tout est possible. Même le pire…

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr