les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

Clap de fin pour le duel Mac-Tron vs Gilets jaunes?

Classé dans : politique — 12/17/2018 @ 12:14

Le mouvement social des GL est sur la fin entant que manifestation occupant l’espace public. mais cela ne veut pas dire que les choses sont terminées. Certes en tant que politicien consommé de l’ancien monde Mac-Tron a fini par bien le manipuler de façon à l’éteindre comme manifestation visible de la colère sociale des petites classes moyennes. C’est une victoire à la Pyrrhus après un mois de procrastination à la Zizi Rider.
Mac-Tron a réussi à diviser le mouvement en apportant des douceurs à ladite classe moyenne inférieure. Et tant pis pour la justice sociale générale car ont été oubliés les plus pauvres et les autres classes moyennes (moyennes moyennes, si j’ose dire, et moyennes supérieures) qui vont être les seules, avec les retraités suffisamment aisés, à payer les largesses du gouvernement qui ne fait que jouer aux chaises fiscales en transportant les charges des uns aux autres sauf pour le 1% les plus riches et les entreprises. Cela continue donc de diviser les populations afin de régner.
Le mouvement, grâce à la discussion et à la solidarité sur les ronds points, a fini par se concentrer sur deux problèmes majeurs glissés sous le tapis par les politicards depuis plus de 30 ans: la réalité de la démocratie et la justice sociale. Problèmes qui vont perdurer et ressurgir car les réformettes Mac-Tron n’y ont pas apporté de solutions. Sa défaite n’est que momentanée et provisoire. Dans les combines mac-troniennes et de ses alliés ou féaux il y a l’idée que les GL établissent une liste de candidats aux européennes de 2019. C’est pour enlever des voix à la Marine et à Mélanchthon. C’est cela le nouveau monde?
Sur la démocratie, les GL demandent la mise en place du référendum d’initiative citoyenne (RIC) car ils ont finement constaté et analysé que la démocrassouille francouie modèle 1958, aggravé notablement par le passage au quinquennat (Chiracos et le sous-marin trotskard Jospin) et à l’inversion du calendrier (pestilentielles avant les législatives), n’était plus représentative. Les élections de 2017 l’ont prouvé à l’envi: le Zident élu n’a eu que 18,5% des inscrits au 1er tour, les députés élus n’ont eu en moyenne que 15 % voix des inscrits au 2ème tour mais une épouvantable majorité à l’assemblée nationale avec zéro ouvrier et presque rien comme employés et agriculteurs. C’est cette absence de représentativité qui a permis à tous les pouvoirs de lancer la France dans le SLC dès 1983 en acceptant et même demandant une UE purement libérale, économique et concurrentielle. Puis l’horrible monnaie unique sans transferts entre pays et malgré leur hétérogénéité; l’euro devait amener leur convergence mais c’était un mensonge éhonté car on visait en fait l’extension de la concurrence en enlevant aux membres de la zone euro tous les moyens d’y faire face sauf celui du moins-disant fiscal et social. Et en 2008 malgré le rejet du TCE par référendum en 2005 on a eu l’application du traité rejeté! le gouvernement se dit prêt à mettre le RIC à l’étude; gageons qu’on aura une solution mi-figue-mi-raisin du genre du référendum d’initiative partagée inventé en 2008 par Tsarkozy. Ce dernier est soumis à des conditions si drastiques (nécessité d’approbation par 185 parlementaires et 4,5 millions de signataires) qu’il n’a jamais été appliqué! Gageons que son champ sera limité et ne contiendra pas la demande des GL du « révocatoire » des députés ayant trahi leur mandat et leurs promesses, ni de pouvoir modifier la constitution, ni les sujets chauds. De toute façon le RIC serait sans doute un petit début mais ne résoudrait pas beaucoup le grand manque de représentativité du système politique français; on resterait fort loin d’un fédéralisme intégral, de la base au sommet (vraie subsidiarité) et surtout tout à la fois économiques, politique et social. la demande de démocratie participative et vraiment représentative ne peut donc que revenir sur le tapis… Car le monopole de la définition de l’intérêt général et du vote des lois (en faveur du SLC) restera dans les mains du pouvoir légalement élu mais non légitime car non représentatif. On a vu du reste ce qu’a fait l’UE teutonifiée du vote des Grecs et maintenant des Italiens.
Sur la justice sociale, il apparaît que les réformettes Mac-Tron ne font qu’en déplacer un peu les bénéficiaires et laissent de côté la majeure partie de la population et surtout les plus pauvres et les classes moyennes aisées. Celles-ci finiront par en avoir assez d’être les seules à payer. De plus le tromblon de Mac-Tron est à un seul coup car la situation des satisfaits ne pourra que se dégrader vu que les pensions (ni les prestation sociales) ne sont plus indexées sur l’inflation et que es salaires restent soumis à la loi du moins-disant qui sévit toujours en Europe et dans le monde du SLC. La logique même du SLC est opposée à la justice sociale. En effet le SLC est en quelque sorte une machine thermique (soumise au 2ème principe de Carnot) dont le rendement dépend de la différence (de l’inégalité) de température entre la source froide, à savoir la « concurrence libre et non faussée », absolue et conduisant toujours au moins-disant et la source chaude, à savoir les inégalités de fiscalité, de modèle social et syndical, de normes environnementales (ou autres: santé, chimiques, médicamenteuses), de coût du travail. Il est exact que le SLC réduit les différences mais toujours par alignement sur le plus bas niveau et en outre à très long terme. De plus la concurrence entre pays amène les législateurs a sans cesse recréer des différences puisque le SLc est une course sans fin au moins-disant. le problème de la justice sociale ne peut donc pas être résolu dans le cadre SLC et des démocraties illibérales. Et comme Mac-Tron, en tant que représentant du kapital et en tant que voulant le leadership en Europe, ce qui veut dire être plus SLC que les autres chefs de gouvernement, veut accélérer la mise en place dudit SLC en France, il contribuera à aggraver rapidement la situation de ses victimes. La victoire du politicien Mac-Tron n’est donc qu’un armistice mais ce n’est pas la fin de la guerre contre le SLC et les injustices fiscales. Les gilets, un jour ou l’autre passeront au rouge, voire au noir.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr