les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

Mac-Tron a lancé son grand débat national

Classé dans : politique — 01/14/2019 @ 12:10

J’ai lu lettre ouverte lancée dans la presse par le Zident, il y a à boire et à manger dans ce gloubi-boulga très bien écrit mais qui laisse mal augurer de la suite qui lui sera donnée. il s’y trouve des choses inconrestables, notamment sur le constat de la situation du pays. Mais justement que vaut une analyse dont on ne peut pas dire le contraire? Pas grand chose car cela ne répond pas aux tests de falsification chers à la science selon Popper. C’est un élément de méthode imparable et simple que de se poser cette question qui permet de déceler ce qui n’est que paroles verbales sans intérêt pour un débat.
Plus grave est le fait que ce prétendu débat concerne une foultitude de sujets d’une grande complexité et dont les variables sont largement interdépendantes. C’est alors la bouteille à l’encre qui domine et poser de telles questions ressemble fort à une démarche consistant à noyer le poisson dans un océan de problèmes que seule une longue; globale, étendue à tous et intense réflexion peut amener à des solutions. Poser ainsi ce genre de problème à un peuple tout entier et dans un temps si court ne peut pas déboucher sur du tangible et du sérieux. On serait donc en présence d’une fausse consultation de défoulement et de récupération. Cela découle aussi de ce que le Zident déclare nettement qu’il se réserve, dans son immense sagesse et son grand savoir, de retenir tout seul ce qu’il décidera. On reste donc dans la gouvernance impériale, descendante, verticale et jupitérienne. Cela s’apparente aux méthodes managériales modernes dans lesquelles les chefs consultent le personnel en se réservant le monopole de la décision. cela rappelle les groupes d’expression lancés sous Tonton et les boîtes à idées de l’époque. Et soulignons que le thème mis en débat était toujours fixé par le management…
Ce qui frappe le lecteur, c’est que le débat n’est pas structuré, pas hiérarchisé. En particulier, le problème de la démocratie, qui est le plus crucial et de loin comme on va le voir, ne figure pas du tout au premier rang des préoccupations et thèmes présidentiels. Voyons en quoi cela contribue d’emblée à fausser le questionnement.
La société est un phénomène social total, un système complexe dont toutes les variables ou dimensions ne se situent pas sur le même plan. Il y a, comme on dit en analyse systémique, des variables de commande et ensuite de pilotages par rapport à un projet transversal du système; celui de vivre, de « persévérer dans son être » et de s’adapter. Ce qui compte avant tout, c’est la nature du projet du système pour lui-même. la question principale est donc de définir le projet commun pour toute la société. Le gloubi-boulga néglige aussi les niveaux de décision et d’action ainsi que les rythmes temporels: il ne distingue pas entre le projet à très long terme (les fins sociopolitiques, la stratégie à long et moyen terme (comment s’y prendre pour les atteindre), la tactique à court terme (adaptations en fonction des circonstances). Exemple: le programme du CNRS après la guerre a fixé les orientations et buts de la société, la stratégie a consisté à se doter de services publics, de la sécurité sociale, de la planification indicative et de l’aménagement du territoire, la tactique dans le budget et les interventions économiques. Mais Mac-Tron n’a pas besoin de ces distinctions car son projet, c’est le SLC (celui de l’UE et des instances internationales) qui ne fonctionne que par règles procédurales et à court terme vu que les marchés s’auto-régulent et sont « efficients ». C’est la politique de l’offre par les entreprises et les riches qui font « ruisseler » leurs richesses. Et il annonce dans sa lettre qu’il poursuivra ce cap annoncé dans son programme et qu’il ne reviendra pas sur les mesures déjà prises. Circulez, il n’y a rien à voir là alors que c’est le projet qui n’a été soutenu que par une minorité d’électeurs.
Revenons y. Le projet doit être, en république vraiment démocratique, axé sur l’intér^t général et le bien commun pour tous et la société tout entière afin qu’elle se développe comme entité globale et survive D’où les questions: qui le définit, comment, pour qui? Réponse implicite de la démocrassouille mactronienne: les élus légalement et surtout le Zident élu au suffrage universel et maître de sa majorité législative. Pour qui? La réalité depuis 30 ans répond pour le kapital. Avec qui? La majorité élue orientée par la technocratie au service du pouvoir. Donc, comme le pouvoir souverain consiste « à donner et casser la loi » il s’ensuit que les élus ont le monopole de la détermination du bien commun. Et en univers de monopole du pouvoir, de système électoral biaisé et de toute-puissance des experts, eux-mêmes d’idéologie néolibérale et inféodés au kapital, il n’y a plus de démocratie réelle. Evidemment, Mac-Tron ne veut pas qu’on entame ce monopole de la détermination de l’intérêt général par une assemblée souveraine absolutiste et par lui manipulée. C’est l’évidence même car dans le cas contraire le pays ne saurait être plié aux exigences du projet néolibéral par les règles votées, par la répression judiciaire et par la propagande médiatique au service du pouvoir.
Il est ainsi démontré que le premier enjeu est celui-la même que le Zident ne peut faire vraiment aborder: la démocratie pour fixer les finalités communes, les valeurs transversales, déterminer la stratégie et répondre aux aléas et évolutions imprévisibles. La redéfinition de la démocratie francouie devrait donc être mise en tête des débats. C’est non et on sait pourquoi; Et quelle sera l’issue de cette mystification? Un échec lamentable qui marquera la fin du macronisme. tant mieux car celui-ci veut installer maintenant et à contretemps un SLC qui est déjà mort ailleurs. Ce que du reste le malhomme reconnait explicitement? Serait-ce alors un partisan de la logique shadok: plus on échoue, plus on a de chances de réussir…

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr