les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

Vers une démocrature à la sauce Mac-Tron

Classé dans : politique — 02/05/2019 @ 12:34

Le malhomme sait très bien qu’il ne tirera rien du grand débat, dont, du reste, les participants n’ont pas grand-chose de représentatifs. Il compte bien faire passer ses propres idées sans toucher au fond de sa politique SLC et ne méconnaît pas que ce replâtrage ne résoudra pas les problèmes structurels du pays. Mais il gagne du temps et compte bien rallier d’importantes fractions de la droite conservatrice à son panache déplumé. Pour ce faire il accentue encore et encore le caractère peu démocratique de la Vème république et joue sur la peur des citoyens conformistes apeurés par les violences que sa police contribue à susciter suivant le bon vieux principe action-réaction. Il est très net que la nature policière du régime s’aggrave afin de remporter dans les rues la victoire que ne lui donnera pas le peuple révolté.
On voit les paroles provocatrices du ministre de l’intérieur qui fut dans son jeune temps un pré-délinquant. Cela nous rappelle Vidocq. On sait que la police ne maîtrise pas toujours ses pratiques. On sait aussi que parfois les manifestants ne peuvent pas obéir à un ordre d’évacuation tout simplement parce qu’elle bouche les issues… Il semblerait que les choses soient faites pour faciliter la prise de belles images destinées à la télé et faites pour apeurer le bourgeois. Il s’agit de pousser les électeurs vers le parti de l’ordre en montant en épingle les « forces de l’ordre » (lequel, de qui ?) qu’on devrait plutôt appeler les forces du pouvoir. Tout cela fait signe vers une répression accrue, largement montrée par le nombre de blessés dont une vingtaine gravement.
Parallèlement, le pouvoir a pondu une énième loi sécuritaire dite anti casseur et directement extraite d’une proposition de droite au Sénat faite par M. Retailleau. Même des députés LREM se sont insurgés contre ce projet liberticide qui restreint le droit de manifester (droit constitutionnel et liberté fondamentale) et confie aux préfets (au lieu de l’institution judiciaire) le pouvoir d’arrêter des manifestants potentiels à l’instar de la prévention du crime dans Minority Report. Avec ce projet on risque fort de s’en prendre à toute manifestation d’opposants au régime de Mac-Tron, ce qui supprimera cette liberté fondamentale liée à la démocratie. Car celle-ci ne consiste pas à voter tous les 5 ans mais à faire usage des libertés d’expression, d’association, de manifestation… qui sont des droits individuels et collectifs destinés à assurer le débat démocratique.
Mac-Tron n’a pas du tout rendu la justice indépendante et garde la haute main sur le parquet. On en a des exemples récents. Le procureur de Toulon a refusé de poursuivre le flic gradé qui avait molesté un individu déjà neutralisé. C’est le préfet qui a sévi… Hier, le parquet de Paris a lancé une enquête préliminaire contre Médiapart avec perquisition à la clé, perquise refusable et refusée par Médiapart car elle n’avait pas été soumise au juge des libertés. Il faut se rappeler que ces enquêtes préliminaires par le parquet et non un juge d’instruction (indépendant, lui) interdisent toute intervention des avocats et nient donc les droits de la défense au profit d’une procédure totalement arbitraire. De plus, cette initiative destinée à sauver Benalla et son mentor laisse augurer une atteinte sans précédents aux droits de la presse. Mac-Tron a du reste déjà commencé à s’en prendre à elle avec son projet anti fake news en période électorale. On peut redouter une offensive plus grave à l’exemple de celle menée contre la liberté de manifester. Mac-Tron suit ses prédécesseurs tout en aggravant ce qu’ils avaient déjà fait. On en est à plus de 12 lois sécuritaires en 15 ans, notamment les lois de Zizi Rider qui avait rendu l’état d’urgence permanent ou celles de Tsarko qui avaient imité le droit américain : plaider coupable et peine plancher pour la récidive. Cela dit au passage, on va vers une justice à la carte, punissant les intentions présumées sans début d’exécution et reposant sur l’aveu comme au Moyen-Age. Demandez-en des nouvelles à M. Ghosn au Japon dont la justice fonctionne largement sur les normes US…
Mac-Tron, sans consultation du parlement, s’en prend à Maduro, certes peu défendable même par Mélanchthon, alors qu’il s’en rapproche de plus en plus dans la Démocratie illibérale. Il devient de moins en moins différent de ce qu’il reproche, comme l’UE, aux gouvernements populistes de l’Est (Pologne, Hongrie…). Ces convergences gouvernementales, de « droite » ou de « gauche » dans la limitation de la démocratie viennent de ce que celle-ci s’est démonétisée en se mettant totalement au service du SLC. Et de ce que ledit SLC est à bout de souffle et réagit violemment, par le biais de ses propagateurs politiques, à sa mort prochaine. La répression et le rognage des libertés fondamentales sont alors conçus comme un moyen de ralentissement des dégâts du SLC et de sa mort programmée. C’est mathématique : plus les inégalités, la précarité, la pauvreté s’accroissent, plus la répression judiciaire et policière augmente et plus les libertés diminuent. Les pouvoirs feront ainsi, s’il en était encore besoin, la démonstration que le pouvoir politique s’est mis au service du kapital et que la démocratie représentative qui le permet n’est plus qu’un paravent. Tout cela incite à un optimisme à long terme : les carottes vont finir par être totalement cuites.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr