les armes de la critique

Bienvenue sur mon blog

Caber puerperit; c’est du Mac-Tron

Classé dans : politique — 06/24/2019 @ 11:19

Je me souviens de mon passage du bac en 1961 et du candidat qui, pour faire joli, avait traduit cela par : la chèvre a mis ses socquettes au lieu de : a mis ses petits bas. C’est du Macron tout craché : détourner le langage en lui faisant dire souvent le contraire de ce qu’il signifie, en le travestissant, en l’ornant, en cachant le but visé et en creusant l’écart entre le dire, toujours séduisant et justifié et le faire qui le contredit. etc. Bref, de la novlangue chère à Orwell dans 1984. Les mots de réforme, de modernisation, de progrès… y signifient au contraire : repli, régression, retour au 19ème siècle ; ceux de sauver ou d’améliorer le système existant, par exemple de Sécu, veulent dire qu’on va continuer de la casser pour, alors qu’il sera devenu défectueux, le refiler à la gestion privative qui est, chacun le sait, bien plus efficace. Lors d’un projet de fusion de deux entreprises (exemple, celle de GE et Alstom-turbines conduite par Mac-Tron en personne sous Guimauve le Concurrent), on excipe de synergies, de complémentarités, de mise à égalité des partenaires… Eh bien, c’est tout le contraire qui advient. Par exemple, l’union Lafarge-Holcim a donné tous les pouvoirs de direction à la firme suisse. Naturellement, l’absorption se traduit surtout par des fermetures d’usines et de services en doublon, des délocalisations, des économies d’échelle… Ce qui était le but visé mais camouflé derrière les avantages pompeusement annoncés. Un repreneur « fiable » donne en fait une pantalonnade de quelques mois avant faillite comme pour Whirlpool.ou Ascoval. La sacro-sainte efficacité est réduite à une démarche purement comptable, quantitative, monétarisée qui oublie tous les coûts cachés d’une opération et surtout les aspects humains, sociaux et écologiques des réformes et autres modernisations.
Il faut regarder de près le fameux « en même temps » de droite et de gauche. Cela, c’est le discours de justification ; la réalité est que la jambe droite est hypertrophiée et la gauche rachitique. La pratique est unijambiste. Les « réformes » vont toutes sans le sens de la mise en place du SLC ordo-libéral en France à cela près que ce qui est de gauche relève du sociétal (la GPA, par exemple) et ne coûte pas grand-chose.
Par suite de mouvement des gilets jaunes, le Zident a promis d’opérer un virage social et de changer de méthode de « gouvernance ». Cela se constate avec le projet anti-chômeurs qui, par-dessus le marché, sera imposé par décret. Le Zident continue de légiférer par décret afin d’aller le plus vite possible pour casser notre modèle social. Cela présente malgré tout un avantage : on peut attaquer un décret, souvent mal torché, devant la filière des tribunaux administratifs et certains ont été annulés. Le Zident veut implanter un RIC, demande des gilets jaunes, mais ce sera du Canada Dry car le résultat de la consultation (seuils très abaissés par rapport au RIP de Tsarko, cette escroquerie) sera in fine soumis au parlement qui pourra décider le contraire ! Non mais, où allait-on si le parlement « représentatif » était dépossédé de ses prérogatives législatives par une prétendue démocratie sociale directe ? Le Zident continue de tout centraliser au profit du pouvoir suprême, par exemple le futur système de retraite par points, comme du reste pour l’assurance-chômage dont les cotisations salariales ont été remplacées par la CSG, devenu encore plus impôt étatique. Pour les cotisations patronales, cela ne saurait tarder. D’ailleurs déjà, l’UNEDIC doit payer les charges de pôle-emploi qui relèvent en fait de l’Etat (fait sous Tsarko qui a fusionné UNEDIC et pôle-emploi). Parallèlement, le Zident a un peu arrosé les actifs des petites classes moyennes, ce qui ne répond pas à la demande de justice sociale émise par maints gilets jaunes car cela laisse de côté tous les plus pauvres, dont les chômeurs ou les travailleurs à temps partiel qui, en outre, vont être durement frappés par la réforme de l’assurance-chômage. Ces cadeaux, qui ne sont pas encore financés et font hurler les libéraux pur sucre au keynésianisme (relance de la demande qui risque fort de favoriser les importations au détriment de l’industrie francaouie) du Zident , ne sont pas consentis par pur sens de la justice sociale ; c’est fait sous la pression et dans un souci électoraliste. Et cela ne renforce que peu fort peu la jambe gôche du résident à l’Elysée. Mas, avec une dette publique à 2 300 milliards et un accroissement du déficit budgétaire hors des clous de Bruxelles, le Zident du nouveau monde rame et godille entre deux eaux dans les marais de la comptabilité publique.
Le politicard Mac-Tron a bien compris qu’il avait quand même besoin des collectivités locales pour faire passer ses réformes et aussi pour gagner des municipalités lors des communales de 2020. Aussi, il leur cire les bottes et manifeste des mamours. Las, c’est en jouant aux chaises fiscales et sur le report des choses dans l’avenir. Pour compenser la suppression de la taxe d’habitation, il déshabille Pierre (départements et régions ou communautés de communes) d’une part de la taxe foncière et compense cette dernière par une fraction de TVA. C’est du saute-mouton comptable, des transferts de fiscariote et cela se fait à l’instant t sans garantie de progression des transferts pour le futur. Vieille astuce comptable de tous les gouvernements.
le Zident, par suite des tendances nouvelles en faveur de l’écologie (vues lors des élections européennes et de la mobilisation des jeunes en faveur du climat et de la biodiversité), a pris un virage écologique spontané dont il faut apprécier la sincérité au projet mené en loucédé de confier aux préfets la décision en cas de menaces sur un site, par exemple naturel et protégé par la loi littoral. C’est super car il est clair qu’un préfet est absolument imperméable aux aimables pressions des maires ou des investisseurs ou des chasseurs. Cela se voit dans la profusion actuelle de petites retenues d’eau en faveur des gros producteurs de maïs du Sud-Ouest soutenus par la FNSEA et les chambres d’agriculture et les agences (étatiques) de bassin. On a déjà eu Sivens, on a Caussade où un bassin de retenue a été quand même construit malgré des décisions de justice et même, pour une fois, préfectorales (un préfet qui applique la loi même après décision de justice, c’est devenu rare). Il y a un endroit protégé et ouvert aux promeneurs où le pouvoir a donné le feu vert pour réserver l’essentiel de la zone aux chasseurs. La mine d’or de Guyane n’est que suspendue… Les chasseurs ont vu le prix du permis divisé par 2 et ont le droit de piéger les petits oiseaux à la glu et de tirer les oies cendrées en migration. Un opportun décret se prépare contre les nuisibles (fouines, renards…); qui nuisent à qui? Aux chasseurs. Le Zident continue sa politique SLC dont on sait pourtant qu’elle est la principale cause de la destruction de l’environnement.
Le Zident est devenu bien plus cool dans son langage provocateur ; ce n’est pas un changement profond de mentalité mais la prudence électoraliste qui l’y a amené ; en attendant la politique SLC, qui doit remettre à leur place les « sans-dents », les « sans costumes », les fumeurs de clopes, les illettrés, les rouleurs au diesel, les feignasses qui refusent de faire 100 km par jour pour aller au turbin, etc. se développe contre vents et marées. On le voit bien avec la « réforme » de l’assurance-chômage. La douairière Trognon se lance dans la communication pour faire savoir que son mari est la crème des hommes, le dernier humaniste, la bienveillance toute crachée (au bassinet), la compassion même ; en bref le nouveau père de la nation et du régiment du SNU. Du reste, lors de son discours pour le centième anniversaire de la création de l’OIT, le Zident a eu des accents marxistes aussi sincères que ceux de Zizi Rider contre la finance. On attend, sans espoir, les actes réels. On a eu super voleur avec Chiracos, super magouilleur avec Tsarko, super mollasson avec Fraise des Bois. On a désormais super manipulateur du langage et super champion de l’écart entre le penser,le dire et le faire.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

sans violence et sans haine |
Changer Amiens |
Parti de Gauche. Commission... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "كُن...
| ALLIANCE POUR LA NORMANDIE
| degaulois.justice.fr